/ Pôles

Politique : Histoire, Discours, Problèmes

Responsable(s) scientifique(s) : Stéphanie Lanfranchi -  Arnaud Milanese - 

Membres : Abbès, Makram -  Angaut, Jean-Christophe -  Baggioni, Laurent -  Basso, Elisabetta -  Ben Mansour, Mohamed -  Dartigues, Laurent  -  Delahaye, Agnès -  Descendre, Romain -  Fabre, Marie -  Faburel, Guillaume -  Fauré, Christine -  Fournel, Jean-Louis -  Frandji, Daniel -  Gautier, Claude -  Guérard de Latour, Sophie -  Guichard, Eric -  Hamidi, Camille -  Herrmann, Frédéric -  Lanfranchi, Stéphanie -  Martin, Sylvie -  Milanese, Arnaud -  Moge, Charlotte -  Mondémé, Chloé -  Orazi, Françoise -  Roulleau-Berger, Laurence -  Roza, Stéphanie -  Sadouni, Samadia -  Sala Pala, Valérie -  Senellart, Michel -  Zancarini, Jean-Claude - 

Présentation

Les travaux des membres du pôle sont tous concernés par l’idée que le champ politique, au sens large (les pratiques gouvernementales et les sociétés dans lesquelles elles s’insèrent), est toujours visé comme problème, par ses acteurs et/ou pour les chercheurs qui en étudient les actes et productions. Les discours et les pratiques constituent ainsi une manière de mettre en problème la politique, qui appelle une contextualisation historique et une réinscription dans l’histoire de la pensée politique. Par discours, il faut alors comprendre toutes les façons dont se produit une pensée ou une pratique pourvues d’un sens articulé : les textes, bien sûr, y compris ceux que les chercheurs produisent, mais aussi toutes les productions artistiques, les représentations iconographiques, et par extension toute forme d’action dotée d’une signification qu’elle exprime et qui la porte. C’est pourquoi aussi nombre de nos travaux prennent la politique non seulement pour un objet de mise en problème et de discours, mais aussi pour un lieu dont émanent des mises en problème et des discours, que l’on considère dans leur contexte historique.

Angles d’approche

  • Philologie et histoire de la pensée politique : Cet angle exprime le souci de réinscrire les idées, les termes et les textes de la pensée politique dans l’histoire, sans projeter de distinctions disciplinaires (par exemple, ne pas réduire la pensée politique à la philosophie ou à la science politique) ou axiologiques (par exemple, ne pas distinguer a priori usages savants et usages populaires d’un terme, ou encore usage théorique et instrumentalisation pratique d’un terme ou d’une thèse).
  • Critiques sociales et politiques : avec cet angle une grande attention est portée aux interactions où s’insèrent les discours socio-politiques et les innovations lexicales et conceptuelles répondant à des manières toujours particulières et circonstanciées de voir dans une situation un ‘problème’ appelant un ‘traitement’ – actions, réflexions, analyses, stratégies de conservation ou de renversement,... – et rendant ainsi possible de multiples articulations entre historiographie de la politique et critique sociale et politique.
  • Art, littérature et politique : ce nouvel angle exprime la présence, au sein du pôle, de nombreuses recherches ayant pour objet des manifestations de positions, de pensées ou de critiques socio-politiques qui ont été formulées à travers les arts – cinéma, théâtre, littérature, iconographie, etc. De la sorte, le geste d’écriture ou le geste artistique en général concernent la politique, à la fois en ceci qu’ils la prennent pour objet et qu’ils seraient en eux-mêmes, en tant que création travaillant et déplaçant les codes et usages sociaux d’une époque, politiques.

Champs de recherche

Le pôle s’articule autour de quatre champs de recherche, où convergent des travaux du pôle, mais aussi de chantiers transversaux. Plusieurs de ces projets déjà en cours sont destinés à être poursuivis ; d’autres reflètent des thématiques émergentes. Beaucoup sont menés en lien avec d’autres laboratoires, notamment à travers le LabEx COMOD, et se nourrissent de collaborations internationales.

Voir aussi :