/ Chantiers transversaux

Travail, mobilisation et mondialisation

Responsable(s) scientifique(s) : Sophie Beroud -  Laurence Roulleau-Berger -  Ludovic Frobert - 

Membres : Bazzoli, Laure -  BEROUD, Sophie -  Buisson-Fenet, Hélène -  Dubrion, Benjamin -  Frobert, Ludovic -  Gourgues, Guillaume -  Guichard, Eric -  Henry, Julie -  Joly, Hervé -  Plassart, Marie -  Roulleau-Berger, Laurence -  Sauze, Damien -  Vatan, Sylvain -  VEZIAN, Audrey - 

Présentation

Le lancement de ce nouveau chantier transversal correspond à une volonté de croisement des perspectives disciplinaires au sein du laboratoire sur un objet – le travail - investi de différentes manières dans des recherches individuelles et collectives ; cela résulte aussi de coopérations ponctuelles (participation croisée à des séminaires, journées d’études) qui se sont déroulées ces dernières années.

Plusieurs options centrales motivent cette démarche :

  • comparer dans le temps – comment les mêmes catégories recouvrent des réalités différentes, ou comment des catégories qui nous paraissent marquer le très contemporain (la forme de l’auto-entreprenariat par exemple) méritent d’être revisitées à l’aune d’expériences passées ;
  • comparer dans l’espace, entre sociétés du Nord et du Sud, entre les « Nord » et les « Sud ».
  • affirmer la dimension politique du travail, comme lieu de socialisation tout d’abord, comme lieu de production de richesses, de savoirs, mais aussi comme lieu de production d’inégalités sociales et lieu de gouvernement des conduites.
  • interroger les dimensions locale, internationale et transnationale du travail – et leur agencement- pour appréhender la complexité de mondialisations hégémoniques et non-hégémoniques. Comment des formes alternatives de mise au travail, d’organisation de la production, mais également de circulation des biens et des marchandises ont-été pensées et continuent à l’être ? Quel est le rôle des diverses formes de résistances et de mobilisations des travailleurs dans les processus de redéfinition en acte des rapports sociaux au travail dans différents contextes sociétaux ?

Le chantier regroupe des économistes, des historiens, des sociologues et des politistes, avec l’objectif de déployer une approche transdisciplinaire et comparative (dans le temps et dans l’espace) dans l’ensemble des domaines investis. Il apparaît ainsi comme un prolongement de thématiques abordées au cours des contrats précédents au sein du pôle Économie (Histoires, institutions, sociétés), du pôle Politisation et Participation, du LIA Post-Western Sociology in China et in Europe. Il entre en forte résonance avec la participation de Triangle, via l’Université Lyon 2, au GIS-Travail.