/ Des membres de Triangle participent

Plusieurs doctorant.e.s de Triangle participent à la journée d’étude « Genre et démocratie », organisée par les labos juniors Mutations et approches contemporaines de la démocratie & Corps ordonnés

30 avril 2019, 9h30 à 18h, à l’ENS de Lyon, site Monod, salle des conseils, 2e étage

Présentation

« A l’heure des mobilisations internationales pour la journée de lutte pour les droits des femmes, des batailles gagnées ou en cours pour l’accès à l’avortement en Irlande, en Argentine, et dans d’autres pays d’Amérique Latine, des scandales autour d’une "justice patriarcale" concernant le traitement des violences - en particulier sexuelles - faites aux femmes, il nous a semblé nécessaire de proposer une réflexion portant sur l’articulation entre le genre, entendu comme système de bicatégorisation hiérarchisée des personnes, et la démocratie comme modalité de gouvernement visant au partage du pouvoir.
Le sens commun aurait tendance à concevoir les "avancées démocratiques" comme un remède aux politiques réactionnaires et excluantes. Dans cette perspective, la démocratie semble être un synonyme de régime progressiste et inclusif, la remise en cause des droits des femmes et de la reconnaissance des minorités sexuelles constituant souvent à l’inverse un premier symptôme de la dérive autoritaire d’un état. Pourtant, la diversité des régimes dits "démocratiques" remet facilement en cause une telle conception : quelles sont par exemple les implications, en termes de reconnaissance publique et de participation des minorités de genre (mais aussi de classe et de race), d’une démocratie à tendance conservatrice ou libérale ? Peut-on qualifier de "démocratiques" des modes de gouvernement contribuant de fait à maintenir et perpétuer des inégalités de genre ?
Ainsi, la démocratie, ce gouvernement "du demos", implique-t-elle dans les faits un régime de partage du pouvoir et si oui, entre quelles catégories sociales ? Il est ici question, en historicisant le propos, de voir comment des rapports de pouvoir genrés ont contribué à structurer la définition même de ce "peuple" à qui revient la légitimité de participer à la vie publique. Cette interrogation peut amener, à terme, à réfléchir à la pertinence même du concept de démocratie, en s’intéressant aux modalités effectives de répartition genrée du pouvoir.
Il s’agit donc bien de mettre au travail le concept de démocratie en l’interrogeant depuis une perspective genrée, et de se demander à l’inverse comment un régime (dit) démocratique impacte l’expression et la transformation des rapports de genre, à différentes échelles (nationales, locales) et dans différentes organisations et institutions. »

Programme

9h - Petit déjeuner

9h30 - Présentation de la journée

10h - 12h - Genre & décisions publiques
Modération : Léna Pamboutzoglou, masterante en sociologie

  • Camille Martinez, doctorante en études urbaines, « L’intégration du genre dans les politiques urbaines, quel projet politique ? »
  • Sinem Gunes, doctorante en philosophie, « Les campagnes de sensibilisation pour le cancer du sein : entre promotion du genre et enjeux de santé publique »
  • Margot Giacinti, doctorante en science politique, « Une catégorisation juridique du féminicide est-elle compatible avec l’universalisme du droit ? »

13h30 - 15h30 - Genre & mobilisations collectives
Modération : Marie Montagnon, doctorante en science politique

  • Léa Védie, doctorante en philosophie, "Les pratiques féministes de non-mixité : conditions et limites de la démocratie"
  • Corto Le Perron, masterant en sociologie, "La notion d’allié-es aux luttes LGBTIQ+" (titre non définitif)
  • Mélodie Gauglin, doctorante en science politique, "Paradoxes et ressorts du leadership féminin dans les mouvements conservateurs"

16h00 - 18h00 - Genre & contextes politiques
Modération : Laurine Thizy, doctorante en sociologie

  • Estelle Fisson, doctorante en science politique, "De la carcel a la calle. Les paradoxes du "danger homosexuel" à l’heure de la transition démocratique espagnole"
  • Mona Claro, docteure en sociologie, "Sorties de régimes socialistes autoritaires et restrictions du droit à l’avortement. L’exemple de la Russie (1987 – 2016)"
  • Anne Coleman, masterante en sciences sociales, "Les mouvements pro-life en Irlande dans les années 80-90"

Organisation

Marie Montagnon
Lionel Cordier
Théophile Pénigaud

/ Des membres de Triangle participent

UMR
2005 - 2019 Triangle - UMR 5206
| Crédits et Mentions légales | RSS 2.0 [Valid RSS]