/ Colloques - journées d’étude

Colloque : « Biologiser les faits sociaux. La "biologie" comme justification des discours et des pratiques »

22 novembre 2018 - 23 novembre 2018, à l’ENS de Lyon, site Buisson

Présentation

Le laboratoire junior « Corps ordonnés, la production des normes en Turquie et en France » organise un colloque international en français intitulé « Biologiser les faits sociaux. La ‘biologie’ comme justification des discours et des pratiques ». Celui-ci se tiendra à Lyon (ENS Lyon, site Buisson) les 22 et 23 novembre 2018.

Voir le site du colloque

Programme

Télécharger le programme (pdf)

Jeudi 22 novembre 2018

08h45 – 9h30 : Accueil et petit déjeuner
Hall du site Buisson (Ifé)

9h30 – 10h : OUVERTURE
Salle D8 001 (salle de conférence)
Mot de la Présidente d’honneur, Christine Détrez (professeure des universités en sociologie, ENS de Lyon, Centre Max Weber)
Présentation du Laboratoire “Corps ordonnés” et du colloque par le comité d’organisation

10h– 12h : PLENIERE – VULGARISATION, USAGES ET APPROPRIATIONS DES SAVOIRS BIOLOGIQUES
Salle D8 001 (salle de conférence)
Animée par Justine Vincent

  • Sébastien Lemerle (maître de conférences en sociologie et information-communication, Université Paris-Nanterre, CRESPPA) : « Neurobiologisation du social et socialisation des savoirs neurobiologiques : le cas du cerveau reptilien »
  • Pascal Ducournau (professeur des universités en sociologie, Université de Franche-Comté, LASA) : « Vérité de l’ADN ou géno-mythologies ? La biologisation de l’identité à l’heure de la ‘génomique récréative’ »

12h – 13h30 : Déjeuner
RU Descartes pour les personnes qui communiquent
Libre pour les auditeurs et auditrices

13h30-15h30 : ATELIERS EN PARALLÈLE

  • Atelier 1. Biologiser le soin : les tensions entre déterminations biologiques et injonctions sociales
    Salle D8 003 – Modération : Thomas Crespo
    • Marlène Bouvet (doctorante en sociologie, ENS de Lyon, Centre Max Weber) : Une légitimation paradoxale de la tristesse : entre biologisation de la dépression et injonctions au travail sur soi
    • Abigail Bourguignon (doctorante en sociologie, EHESS, CESSP-CSE et Arènes) : « Le bégaiement, c’est dans le cerveau » : approche sociologique de la biologisation sous tension d’un trouble de la parole
    • Mathias Winter (pédopsychiatre et doctorant en anthropologie médicale, IHRIM) : La plasticité cérébrale comme opérateur de transformation sociale : L’exemple des interventions précoces et intensives dans les troubles du spectre de l’autisme.
    • Nadège Draperi (doctorante en sociologie, EHESS, Centre Max Weber) : Faire l’expérience de la génétique
  • Atelier 2. Biologiser les représentations du corps défaillant : entre réhabilitation et surveillance
    Salle D8 006 – Modération : Elif Can
    • Elodie Fornezzo (doctorante en Sociologie, Université de Lorraine, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales) : Légitimation des pratiques et redéfinition des restes humains : le nettoyage après décès au prisme de la biologisation
    • Marie Le Clainche-Piel (docteure de l’EHESS / Institut Marcel Mauss) : L’IRM ou la parole. À propos de l’administration de la preuve de l’acceptation d’un don de visage
    • Laetitia Lamongie (doctorante en sociologie, Université de Lorraine, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales) : Une biologisation des pratiques de surveillance corporelle ? l’exemple du développement d’un dispositif de télésurveillance médicale à domicile pour des patients atteints d’insuffisance cardiaque
    • Léa Delmaire (doctorante au Centre d’Histoire de Sciences Po) : La tuberculose, une question de comportements ou une question de bacilles ? La santé publique comme fabrique de normes, Turquie, 1948-1960

15h30 – 16h : Pause café
Salle D8 004 (Salon)

16h – 18h : ATELIERS EN PARALLÈLE

  • Atelier 3. Biologiser les pratiques alimentaires : légitimer des consommations dominées ou alternatives
    Salle D8 003 – Modération : Metin Ceviczi
    • Arine Kassabian (doctorante en STAPS, Université Rennes 2) : Justifications biologiques des préférences alimentaires exprimées par les bénéficiaires d’aides alimentaires : analyse de notes d’observations participantes
    • Emmanuelle Lefranc (doctorante en Sciences Sociales à l’Institut Interdisciplinaire de l’Anthropologie du Contemporain, EHESS-Paris) : Les évictions alimentaires : une subversion à corps défendant (sous réserve de confirmation)
    • Virginie Wolff (doctorante en Sciences Sociales, UMR 7367 Dynamiques Européennes, Université de Strasbourg) : La sensibilité du corps comme légitimation de choix alimentaires et de modes de vie spécifiques : l’exemple des “sensibles au gluten”
  • Atelier 4. Biologiser le corps féminin : défendre ou contester l’ordre social de genre ?
    Salle D8 006 – Modération : Laurine Thizy
    • Mélodie Gauglin (doctorante en sciences politiques, ENS de Lyon, Centre Max Weber) : Entre “ordre moral” et “ordre naturel” : légitimer des représentations conservatrices en utilisant le référentiel biologique
    • Anne-Charlotte Millepied (doctorante à l’EHESS (Iris) et à l’Université de Genève) : La “maladie” des règles et “l’infériorité naturelle” des femmes : entre biologisation et psychologisation
    • Cécile Thomé (doctorante en sociologie à l’EHESS / Iris) : « Arrêter les hormones » pour sortir de la biomédicalisation du corps ? Les paradoxes de l’utilisation des « méthodes naturelles » de contraception
    • Aurore Koechlin (doctorante en sociologie, Université Paris 1, Laboratoire Cetcopra) : Le recours à la biologisation dans le cadre de la consultation gynécologique : un retour du « naturel » ?

18h – 19h30 : Cocktail dînatoire
Salle des colloques, RU Descartes

19h30 – 21h30 : PROJECTION DE LA SOCIOLOGUE ET L’OURSON, ETIENNE CHAILLOU ET MATHIAS THERY, 2016.
Rencontre et débat en présence de la sociologue Irène Théry.
Salle de conférence située au 1, Place de l’école

Vendredi 23 novembre 2018

08h45 – 9h30 : Accueil
Hall du site Buisson (Ifé)

9h30 – 12h : ATELIERS EN PARALLÈLE

  • Atelier 5. (Dé)biologiser la naissance : questionner les normes de maternité selon la classe et la race
    Salle D8 003 – Modération : Justine Vincent
    • Maëlys Bar (doctorante en sociologie, ENS de Lyon, Centre Max Weber) : La césarienne, une pratique « contre-nature » ? Biologisation de la naissance et construction du corps maternel
    • Marie Gomes et Béatrice Jacques (chargée de cours en philosophie, Université Bordeaux Montaigne et MCF en sociologie, Université de Bordeaux) : Démédicaliser la naissance : une biologisation d’un fait social ?
    • Gül Bolat (masterante, Institut de Géographie, Paris IV Sorbonne) : (Dé)coloniser et (dé)biologiser l’accouchement en France. La justice reproductive comme cadre de réappropriation de l’expérience maternelle
    • Priscille Sauvegrain (sociologue et sage-femme. Inserm, équipe EPOPé) : Des “femmes africaines” à la “mère africaine”, analyse de l‘émergence d’une figure sociale dans les services de maternité
  • Atelier 6. Biologiser les discours et normes dominantes : la science au service de l’idéologie ?
    Salle D8 006 – Modération : Quentin Zimmermann
    • Jean-Louis Marin-Lamellet (docteur en études anglophones, Université Savoie-Mont- Blanc, Triangle) Cultiver l’individu, réformer la société : l’idée d’« évolution sociale » au prisme du réformateur américain Benjamin O. Flower (1889-1918)
    • Radoslav Gruev (docteur en sociologie, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales) : Scientisme biologique et totalitarisme : le corps de l’homme nouveau socialiste
    • Majid Embarech (doctorant en histoire, Université Nice Sophia Antipolis, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine) : La vision de l’Arabe dans l’Algérie coloniale : vers une biologisation du racisme colonial ? (Fin du XIXème siècle-années 1950).
    • Bérangère Tarka (doctorante en anthropologie et sociologie, Université Lyon 2) : Techniques d’identification : De la théorie du « criminel né » au portrait-robot génétique
    • Kévin Bideaux (doctorant en études de genre et art, LEGS, Université Paris 8) : Le rose féminin : Entre biologisme et idéologie. Biologisation de la symbolique féminine du rose en occident

12h – 13h30 : Déjeuner
RU Descartes pour les personnes qui communiquent
Libre pour les auditeurs et auditrices

13h30 – 16h : TABLE RONDE PLURIDISCIPLINAIRE – BIOLOGISER LES FAITS SOCIAUX : QUAND LES NEUROSCIENCES DEVIENNENT INCONTOURNABLES
Salle D8 001 (salle de conférence)

  • Catherine Vidal (neurobiologiste et directrice de recherche à l’Institut Pasteur)
  • Laurent Dartigues (chargé de recherche au CNRS, Triangle)

16h – 16h30 : Pause café
Salle D8 004 (Salon)

16h30 – 17h30 : PLENIERE DE CONCLUSION
Salle D8 001 (salle de conférence)

  • Dominique Memmi (directrice de recherche au CNRS – CRESPPA)

Comité d’organisation

Corps Ordonnés est un laboratoire junior de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon (ENSL), créé en collaboration avec la Galatasaray Üniversitesi d’Istanbul (GSÜ). Nous sommes un groupe d’étudiant.e.s de ces deux universités réuni.e.s par notre intérêt pour les institutions qui façonnent et disciplinent les corps (la police, la justice, la prison, l’hôpital, la famille, …) dans leur fonctionnement interne mais également dans leur capacité coercitive et normative. Il se compose de :

  • Gözde Aytemur Nüfusçu, doctorante en sociologie (ENS de Cachan et GSÜ)
  • Elif Can, doctorante en sociologie (ENS de Lyon, Centre Max Weber (UMR 5283)
  • Metin Cevizci, doctorant en sociologie (ENS de Lyon, Triangle) et assistant d’enseignement à Acıbadem Üniversitesi
  • Joffrey Collignon, doctorant en sociologie (ENS de Lyon, Centre Max Weber)
  • Thomas Crespo, doctorant en philosophie (ENS de Lyon, Triangle)
  • Emilie Dauvergne, masterante en géographie à l’ENS de Lyon
  • Cemre Güneş Sengul, doctorante en anthropologie (ENS de Lyon, IHRIM)
  • Laurine Thizy, doctorante en sociologie (Paris 8, CSU-CRESPPA)
  • Justine Vincent, doctorante en sociologie (ENS de Lyon, Centre Max Weber)
  • Ayşe Yılmaz, doctorante en sociologie (ENS de Lyon, GSÜ)
  • Gülistan Zeren, masterante en sociologie à l’ENS de Lyon
  • Quentin Zimmermann, masterant.e en sociologie à l’EHESS

Comité scientifique

  • Hélène Buisson-Fenet (Chargée de recherche CNRS Section 40 – HDR, ENS Lyon, TRIANGLE – UMR 5206)
  • Anne Carol (Professeure des universités en histoire, Université d’Aix-Marseille, Telemme CNRS-AMU – UMR 7303)
  • Jean-Hugues Déchaux (Professeur des universités en sociologie, Université Lumière Lyon 2, Centre Max Weber – UMR 5283)
  • Christine Détrez (Professeure des universités en sociologie, ENS Lyon, Centre Max Weber – UMR 5283)
  • Verda Irtis (Université Galatasaray, Maîtresse de conférence en sociologie, Centre de recherches sociologiques)
  • Sébastien Lemerle (MCF en sociologie et information-communication, Université Paris Nanterre, CRESPPA – UMR 7217)
  • Samuel Lézé (MCF en anthropologie, ENS Lyon, IHRIM – UMR 5314)
  • Dominique Memmi (Directrice de recherche CNRS en sociologie, CRESPPA – UMR 7217)
  • Ipek Merçil (Université Galatasaray, Maîtresse de conférence en sociologie, Centre de recherches sociologiques)
  • Carole Reynaud-Paligot (Docteure habilitée à diriger des recherches en histoire, Université Paris 1, CRHXIX – EA 3550)
  • Laurence Tain (Chercheuse en sciences sociales, Centre Max Weber)
    Ayşecan Terzioğlu (Sabanci University, chercheuse en sociologie)
  • Marianne Woollven (MCF en sociologie à l’Université Clermont-Auvergne, ACTé (EA 4281) et membre associée au CMW)

Documents joints


/ Colloques - journées d’étude

UMR
2005 - 2018 Triangle - UMR 5206
| Crédits et Mentions légales | RSS 2.0 [Valid RSS]