/ Ouvrages

Lyon en luttes dans les années 68 : lieux et trajectoires de la contestation

Présentation

"Contre l’image trompeuse d’un Mai 68 stricte­ment parisien et estudiantin, il est important de rappeler, cinquante ans après l’événement, qu’il a affecté la France entière. (...)
Étudier les années 68 à Lyon, c’est aussi re­placer Mai 68 dans une séquence historique plus large, amorcée par l’explosion des effectifs universitaires et poursuivie par une ­floraison de mobilisations aussi diverses que déterminées. Placées au cœur de l’ouvrage, celles des groupes d’extrême gauche, du mouvement féministe et des syndicats de salariés révèlent comment les enjeux des conflits, les manières de militer mais aussi les motivations et les conséquences personnelles de l’engagement ont été profondément redéfinis au cours d’une décennie de luttes. À l’opposé de sa réputation de cité frileuse et pondérée, Lyon se révèle comme un extraordinaire terrain de ­radicalité sociale et politique." (Présentation de l’éditeur)

On en parle

France Culture. La fabrique de l’histoire Mai 68 (1/4) - 23/04/2018

Collectif de la Grande Côte

Le Collectif de la Grande Côte (du nom d’un lieu emblématique de la contestation lyonnaise sur les pentes de la Croix-Rousse) est une équipe réunissant sept chercheuses et chercheurs en sociologie, science politique et histoire qui, pendant quatre ans, ont dépouillé d’importantes archives et conduit une centaine d’entretiens auprès de militants et militantes ayant participé à Mai 68 et aux luttes qui l’ont suivi à Lyon.

Il est composé de : François Alfandari (Université Lyon 2), Sophie Béroud (Université Lyon 2), Laure Fleury (ENS de Lyon et Université de Lausanne), Camille Masclet (Université Paris 8 et Université de Lausanne), Lilian Mathieu (CNRS-ENS de Lyon), Vincent Porhel (Université Lyon 1) et Lucia Valdivia (ENS de Lyon).
Ce livre a été co­ordonné par Lilian Mathieu, chercheur CNRS au Centre Max Weber.

Contributions de François Alfandari et Sophie Béroud

  • Alfandari François, « Le redéploiement de la concurrence militante dans l’après 68 à l’hôpital psychiatrique du Vinatier », dans Collectif de la Grande Côte, Lilian Mathieu (dir.), Lyon en luttes dans les années 68  : lieux et trajectoires de la contestation, Presses universitaires de Lyon, coll. « Actions collectives », 2018, p. 247-269.
  • Alfandari François et Sophie Béroud, « La CGT et la CFDT dans l’après-1968 à Lyon  : dynamiques et recompositions », dans Collectif de la Grande Côte, Lilian Mathieu (dir.), Lyon en luttes dans les années 68  : lieux et trajectoires de la contestation, Presses universitaires de Lyon, coll. « Actions collectives », 2018, p. 157-191.
  • Alfandari François, Lilian Mathieu et Vincent Porhel, « “On pouvait être catho et être révolutionnaire” Socialisations religieuses et appétences contestataires », dans Collectif de la Grande Côte, Lilian Mathieu (dir.), Lyon en luttes dans les années 68  : lieux et trajectoires de la contestation, Presses universitaires de Lyon, coll. « Actions collectives », 2018, p. 273-301.
  • Béroud Sophie et Vincent Porhel, « Redécouvrir la centralité ouvrière  : les sites industriels à Lyon », dans Collectif de la Grande Côte, Lilian Mathieu (dir.), Lyon en luttes dans les années 68  : lieux et trajectoires de la contestation, Presses universitaires de Lyon, coll. « Actions collectives », 2018, p. 195-218.

Auteur(s) du labo

François Alfandari
Sophie Beroud