/ Projets ANR

Projet ANR : COOP-in-AND-out [2015-2018]

L’impulsion coopérative des SCOP-SCIC : le potentiel de diffusion de la coopération interne aux relations entre organisations

Résumé du projet

Le projet COOP-in-And-out s’inscrit dans la thématique "Stimuler le renouveau industriel" de l’ANR. Intitulé "L’impulsion coopérative des SCOP-SCIC : le potentiel de diffusion de la coopération interne aux relations entre organisations", il a été doté de 64 688 euros par l’ANR et sera financé sur une durée de 36 mois.

Le programme de recherche COOP-in-AND-out est centré sur les entreprises en Scop (société coopérative et participative) et Scic (société coopérative d’intérêt collectif), qui ont comme particularité commune d’être "à participation de salariés". Cela signifie que les salariés, également sociétaires, participent activement à la vie de l’entreprise et aux décisions la concernant, comme l’illustre le principe "une personne, une voix" appliqué lors des votes.
L’originalité du programme sélectionné par l’ANR est d’explorer les liens entre la coopération interne, telle qu’on observe dans les Scop-Scic, et la coopération externe, vis-à-vis des fournisseurs, des clients, des acteurs du territoire, et au-delà de l’ensemble de la société.

La problématique est en prise avec les mutations actuelles concernant les entreprises, tenues, d’une part, d’être plus responsables vis-à-vis de leur environnement, ce qui donne lieu aux politiques de RSE (responsabilité sociétale de l’entreprise) et "dés-intégrées" par les stratégies d’externalisation qui créent un besoin de coordination entre les acteurs de la chaîne de valeurs. L’hypothèse sous-jacente à notre recherche est que l’entreprise est astreinte à une cohérence dans le degré de coopération qu’elle fait émerger en interne et en externe.

L’orientation vers des relations partenariales avec les sous-traitants, les clients, les collectivités locales, etc., que les mutations économiques et sociales rendent nécessaire aujourd’hui, mobilise forcément leur gouvernance interne et en particulier, la possibilité pour les salariés de prendre part aux décisions.

L’issue de ce programme est de reprendre à nouveaux frais la question de la démocratisation de la gouvernance des entreprises sous l’angle de la performance productive globale, en prenant en compte le contexte économique actuel, post-industriel et mondialisé. Il s’agit en bref de montrer, à travers le cas des Scop-Scic, que les entreprises dont la gouvernance est démocratique sont une voie pour dynamiser notre tissu productif et favoriser les synergies entre les acteurs du développement économique et social, en particulier au niveau des territoires, tout en étendant la citoyenneté à leurs salariés.

Coordinateur du projet :
Hervé Charmettant (Centre de recherche en économie de Grenoble)

Partenaires

  • Boissin Olivier (Creg)
  • Charmettant Hervé (Creg)
  • Dubrion Benjamin (Triangle)
  • Hirczak Maud (Lest)
  • Juban Jean-Yves (Cerag)
  • Magne Nathalie (Triangle)
  • Paulin Jean-François (Cercrid)
  • Pettrella Francesca (Lest)
  • Puissant Emmanuelle (Creg)
  • Yvan Renou (Creg)
  • Richez-Battesti Nadine (Lest)

En savoir +