/ Séminaire ED483 Visa pour la thèse : le doctorat côté pratique(s)

Séance n°5 : Rédiger : récits et méthodologies pour s’en sortir

6 avril 2023 : 15h00 - 18h00, en visioconférence

Référent-es de la séance

  • Marine Lambolez (Sociologie, Centre Max Weber, École normale supérieure de Lyon)
  • Nur Noukhkhaly (Sociologie, Centre Max Weber, École normale supérieure de Lyon)

Intervenants pressentis

  • Tanguy Dufournet, Docteur en sociologie, CEREP
  • Florent Chossiere, Doctorant en géographie (soutenance en décembre), ACP

Description de la séance

S’il ne s’y réduit pas, le travail de recherche est jalonné de moments d’écriture qui constituent, pour les doctorant-es, autant d’épreuves qui peuvent être longues, parfois inconfortables et difficiles ou révélatrices d’idées nouvelles. Cette épreuve des écritures se matérialise notamment à travers la rédaction de communications, d’articles, de chapitres d’ouvrages et, évidemment, lors de la production du manuscrit final de la thèse.
L’objectif de cette séance est de rendre compte des principaux enjeux à la fois pratiques et épistémologiques qui entourent l’activité d’écriture à des fins de communication ou de publication en sciences humaines et sociales. On entre autres, les questions de la problématique, la sélection des matériaux de la recherche et le style d’écriture.
Au cours de cette séance, il s’agira de présenter aux participant.e.s des expériences d’écriture scientifique. Les différentes formes de l’écriture scientifique et leurs enjeux très concrets (longueurs, délais, fonctionnement du processus de publication, question du droit d’auteur etc.) pourront être abordés. Cette séance pourra aussi se focaliser sur l’activité d’écriture et ses enjeux épistémologiques, en croisant les expériences de chacun-e autour de plusieurs problématiques : comment gérer la difficulté à rentrer dans l’écriture ? Quelles sont les conditions propices à l’écriture ? Quand commencer à écrire ? Quels sont les attendus d’une écriture scientifique ? Quelles marges de liberté s’accorder ? Que peut-on écrire ou ne pas écrire ? Dans quelle mesure le moment de l’écriture structure-t-il la pensée ? Des temps de questions et discussions seront laissés au cours de la séance pour permettre à chacun-e de dialoguer avec les intervenants.

Références

  • Alexandre Mathieu-Fritz et Alain Quemin, « Publier pendant et après la thèse »,
    Sociologos, 2007/2,
  • Gabrysiak, Louis. « Publish or What ?. Identité professionnelle et position dans le champ universitaire français d’enseignants-chercheurs peu ou pas publiants », Zilsel, 2020/2, n°7, p.128-159
  • Akhésa Moummi, « De l’usage du “je” », Billet du blog RaccourSci,
/ Séminaire ED483 Visa pour la thèse : le doctorat côté pratique(s)