/ Soutenances (thèses et HDR)

Rubis Le Coq soutient sa thèse en anthropologie intitulée « Un évènement sanitaire exceptionnel ? Conakry et la mémoire de l’épidémie de Maladie à Virus Ebola (2014-2016) »

27 juin : 14h00 - 17h00, à l’ENS de Lyon, site Monod (salle des thèses), Lyon 7e

Présentation

Résumé

Partant du constat d’un écart (Olivier de Sardan, 2016) dans les discours sur l’épidémie de Maladie à Virus Ebola (MVE) entre le milieu de la recherche, des projets de santé publique et des médias d’une part et les discours recueillis à Conakry à l’issue de l’épidémie d’autre part, cette thèse entend questionner l’évènementialité (Olazabal & Josy Lévy, 2006) et l’exceptionnalisme de l’épidémie d’Ebola qui a affecté la Guinée entre 2014 et 2016. Si on considère qu’un évènement est « un basculement social, dans les pratiques non moins que dans les représentations » (Bensa & Fassin, 2002), qu’en est-il de l’épidémie d’Ebola ? Où situer l’épidémie entre la « surabondance évènementielle » et le « non-lieu » décrits par Marc Augé (Augé, 1992) ?

Pour adresser cette interrogation, j’analyse l’expérience d’Ebola à Conakry à trois échelles. D’abord à travers les histoires de deux individus atteints d’Ebola j’analyse la manière dont s’organise le soin en Guinée pendant Ebola. Ce faisant, je propose de penser Ebola comme une maladie qui se transmet dans l’amour tout en fragilisant les relations sociales.

Je resitue ensuite ces histoires au ras du sol (Revel, 1996) dans l’histoire politique de la Guinée, caractérisée par sa violence, pour saisir les continuités qui existent entre ces faits marquants de l’histoire et le déroulement de l’épidémie de MVE.

Enfin, je m’intéresse à la manière dont la gestion de l’épidémie s’inscrit dans une continuité postcoloniale qui induit des formes de hiérarchisation des savoirs. Ainsi l’intervention en santé vient contribuer au redoublement de la violence inhérente à l’épidémie elle-même et au contexte sociopolitique de la Guinée. Porter le regard sur une autre épidémie (celle de la COVID-19 en l’occurrence) permet de discuter le caractère d’exception (Agamben, 2003) conféré à l’épidémie d’Ebola.

Mots clés

Ebola, Évènement, Guinée, Post-colonialisme, Régimes d’exception, Préparation aux épidémies