/ Séminaire « Nouvelles radicalités. Réfléchir après... »

Raphaël Barat : Voter pour rien. 1691, jour où les citoyens menacèrent de "faire sauter les vieux" : présentation par Pierre Névejans et Jean-Claude Zancarini, en présence de l’auteur

2 juin : 18h00 - 20h00, à la Bibliothèque Diderot de Lyon, La Parenthèse

Présentation

Séance coorganisée avec la Bibliothèque Diderot de Lyon, dans le cadre du Cycle de rencontres Parlez-nous de....

L’ouvrage de Raphaël Barat, Voter pour rien. 1691, le jour où les citoyens menacèrent de "faire sauter les vieux" a été publié aux éditions Payot en janvier 2022.

Il sera présenté, en présence de son auteur, par Pierre Nevejans et Jean-Claude Zancarini.

À l’heure où Louis XIV régnait en monarque absolu sur la France, les citoyens de la République voisine de Genève votaient pas moins de deux fois l’an pour élire leurs principaux magistrats. Mais ils votaient pour rien, ou presque, puisque c’étaient quasiment toujours les mêmes qui étaient élus. Alors, en 1691, les Genevois se dressèrent contre la dérive oligarchique de leur régime et menacèrent de « faire sauter les vieux ». Après avoir obtenu l’introduction du vote par billet dans un isoloir, une grande première en Europe pour une assemblée populaire, ils défendirent en 1707 un modèle politique alternatif de démocratie directe. Si ces idées qui inspireront le Du contrat social de J.-J. Rousseau et Condorcet durant la Révolution française furent en France rapidement oubliées, elles trouvèrent en Suisse un terrain fertile qui les vit bientôt prospérer.
Cet essai fait le pari que cette histoire peut encore résonner aujourd’hui, alors que de plus en plus de citoyens dans notre pays s ’interrogent sur le sens même de l’acte de voter.

Maître de conférences en histoire moderne à l’université de Caen, Raphaël Barat (né en 1978) est l’auteur d’une thèse sur les élections dans la République de Genève (2018) et le codirecteur de l’ouvrage collectif Histoires d’élections. Représentations et usages du vote de l’Antiquité à nos jours (2018).

/ Séminaire « Nouvelles radicalités. Réfléchir après... »