/ Séminaire SYMETT (Syndicalisme, Méthodes, Théories, Terrains)

Claire Flécher présente sa thèse « Navigations humaines au gré du flux mondialisé : le travail des marins de commerce sur les navires français de nos jours »

16 mars 2022 : 10h00 - 12h00, DATE, HORAIRE ET LIEU à confirmer

Présentation de la séance

Claire Flécher, maîtresse de conférences en sociologie à Lyon 2, membre du Centre Max Weber (CMW), présentera sa thèse soutenue en 2015, dont voici le résumé :

À partir d’une ethnographie réalisée à bord de quatre navires différents, la thèse invite à une réflexion sur la notion de fluidité commerciale entendue comme recherche permanente de la continuité et de la circulation des marchandises. Se détachant d’une analyse globale du flux, la thèse s’intéresse à la manière dont celui-ci se construit, se négocie, se refuse au cœur de l’activité des marins embarqués.

Parce que la genèse de cette fluidité trouve ses origines sur terre, la première partie offre un éclairage sur les multiples acteurs gravitant autour du navire : États, armateurs, affréteurs, intermédiaires, et organisations de contrôle, constituent le « macro-système-technique » du fret maritime qui alimentent, affrètent, assistent et contrôlent le navire.
La deuxième partie montre comment la prédominance de cette logique de fluidité s’est traduite par la mise en place d’un marché du travail international, dont l’objectif est d’avoir à disposition un facteur travail libre, pouvant suivre les fluctuations des navires. Source d’instabilités nouvelles, cette ouverture des marchés nationaux du travail appelle toutefois à de nouvelles régulations.
Enfin, la troisième partie montre que, du fait de collectifs de travail éclatés, des risques du navire, et de l’impératif de continuité, l’activité des marins de commerce se caractérise par de multiples formes d’arrangements et de bricolages. Isolé et replié sur son huis-clos le navire apparaît comme une entité prise au cœur d’un réseau complexe, faisant intervenir de multiples acteurs. Dans ce réseau, la continuité s’obtient au prix de négociation et de compromis fragiles. Elle se nourrit d’un contrôle rapproché du navire et de l’activité des marins, qui ne remet cependant pas en cause l’isolement du bateau puisque, sur bien des aspects, cet isolement est une condition centrale de cette fluidité.

Mots-clés : Travail, Marins, Flux continu, Sécurité, Relations interethniques, Autonomie, Bricolage, Subordination.

/ Séminaire SYMETT (Syndicalisme, Méthodes, Théories, Terrains)