/ Politique : Histoire, Discours, Problèmes

Champ 3. Politique et historiographie

Présentation

Ce champ part des évolutions des travaux sur Foucault, coordonnés par Michel Senellart, qui se poursuivent en 3 axes :

  • la dernière étape du projet ANR « Foucault Fiches de lecture » (FFL), qui, avec l’apport de plusieurs collaborations nouvelles, permettra d’établir le bilan du travail collectif mené depuis deux ans, tant sur le plan technique de la construction et du fonctionnement de la plateforme numérique que sur celui, historico-philosophique, de l’étude des pratiques de lecture et d’écriture de Foucault
  • la mise en œuvre du projet EDIFOU (« Foucault’s manuscripts on phenomenology (1950s) at BnF archive : a digital approach to the edition »), porté par Elisabetta Basso, et coordonné par M. Senellart. Le but de ce projet est d’explorer, organiser et indexer numériquement les manuscrits inédits de Foucault des années 50 et du début des années 60 sur la phénoménologie, la psychologie, la psychopathologie et l’anthropologie, rassemblés dans le fonds Foucault de la BnF, afin de rendre accessible ce corpus, à ce jour presque inconnu, à la communauté des chercheurs. Ce projet se développera en étroite association avec le projet ANR FFL
  • l’organisation d’un séminaire de recherche, dirigé par M. Senellart, avec la collaboration de Carolina Verlengia, consacré au tournant foucaldien des années 1976-1979 – de la publication du 1er volume de l’Histoire de la sexualité, La Volonté de savoir, au cours du Collège de France sur le néo-libéralisme (Naissance de la biopolitique) –, sous deux angles principaux : le rapport de Foucault à la pratique historienne (dans la continuité de la journée d’étude sur « Le débat Foucault/Veyne » organisée à l’ENS de Lyon en juin 2019) et la question religieuse (pastorat, gouvernement des conduites, contre-conduites, « spiritualité politique »).

Parallèlement aux études foucaldiennes, un autre séminaire de recherche est envisagé, autour de l’œuvre d’Ernst Kantorowicz.
Ce séminaire réunira philosophes et historiens de la pensée politique intéressés par les questions relatives à la symbolique du pouvoir, aux interactions entre Eglise et Etat et à l’impact du langage du droit sur celui de la politique (Responsable : M. Senellart).

Ce champ enveloppe ainsi une réflexion plus spécifique sur les rapports, chez les auteurs étudiés, entre pensée, objets et méthodes historiographiques. S’y insère donc également les travaux qui se développent dans le pôle autour de la question de savoir si l’on peut caractériser le pragmatisme américain (à travers Dewey et Lippmann) par une certaine démarche historiographique (Claude Gautier et Arnaud Milanese).

Voir aussi :