/ Séminaires

AIL - Ateliers Internet Lyonnais

Présentation

Ce séminaire vise à effectuer un travail d’élaboration de la pensée critique du numérique.

Il est la continuation de l’Atelier Internet Lyonnais, fondé en 2006 par Éric Guichard à l’Enssib, successivement financé par l’Arc5, l’Enssib, et dernièrement l’IXXI.

« Par pensée critique, nous entendons une posture sereine et rationnelle face à des actes, des pratiques, qui recouvrent les domaines de l’internet, de la téléphonie mobile : du « numérique ». Notre analyse est que l’internet relève d’une transformation de l’écriture, et donc de notre technologie de l’intellect la plus intime ; or, depuis une dizaine d’années, cette écriture est d’une part captée, appropriée par de grandes industries qui formatent les modes d’usage possibles du numérique (par exemple, sur un téléphone, nous pouvons lire mais très peu écrire) et qui privatisent les traces écrites que nous laissons sur les réseaux, en nous surveillant et nous vendant par compartiments. S’ensuit une situation étrange, où notre statut de professionnels de l’intellect se confond avec celui de consommateurs du numérique.

Ainsi, la question du numérique a-t-elle d’emblée une dimension épistémologique : notre pensée ne nous appartient plus, et dans le même temps, l’écriture numérique nous offre des opportunités savantes inédites. En corollaire, les cartes disciplinaires sont rebattues, puisque les informaticiens comprennent ce fait autant que nous, et se transforment en acteurs incontournables.

Sa dimension politique est manifeste (surveillance, vente de profils d’électeurs, etc.), mais ne se comprend finement que si nous déployons une compétence technique dans le domaine. Pour le dire autrement, outre la pratique (qui renvoie à la méthode simondonnienne), la philosophie politique a besoin d’être nourrie de philosophie de la technique et d’anthropologie pour devenir opératoire.

Le séminaire s’attachera aussi à déconstruire la dimension sociale du numérique, en précisant la religiosité des discours à son sujet (déterminisme de l’innovation, positions naïves face à la technique, imaginaires) et nos complaisances face à ces discours (sur les usages, la modernité).

Il s’agit donc de faire partager au plus grand nombre un attirail méthodologique qui nous permette de nous réapproprier l’écriture contemporaine et d’approfondir notre réflexion sur la technique. »

Modalités

Le séminaire commencera au printemps 2020, sur environ six séances, qui oscilleront
entre lectures de textes majeurs (actuels ou passés) et invitation de conférenciers.

Responsable du séminaire

/ Séminaires

UMR
2005 - 2019 Triangle - UMR 5206
| Crédits et Mentions légales | RSS 2.0 [Valid RSS]