/ Séminaires

Séminaire de philosophie politique - Sécularisation : débats et enjeux contemporains

Responsable scientifique : Michel Senellart

Présentation

La « sécularisation » désigne, le plus souvent, le processus d’autonomisation des sociétés modernes, dans leurs dimensions culturelles, éthiques et politiques, par rapport à la sphère religieuse. Un premier débat, qui remonte à Max Weber (L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme), a consisté à interroger le rôle des croyances religieuses elles-mêmes dans ce mouvement historique (Gauchet : le christianisme comme « religion de la sortie de la religion ») et la permanence de contenus religieux au sein des schémas de pensée en apparence les plus rationnels (le « théorème de la sécularisation » selon C. Schmitt) : sécularisation comme émancipation par rapport au religieux ou réinvestissement, plus ou moins masqué, du religieux dans le séculier ? L’enjeu de ce débat, toujours en cours, n’est autre que la « légitimité » des Temps modernes (Blumenberg), i.e. leur prétention à se fonder sur la seule raison. Un certain nombre de facteurs — le constat d’une tendance à la « désécularisation du monde » (P. Berger), l’essor des fondamentalismes, la nécessité de repenser la laïcité dans les sociétés démocratiques multiculturelles, etc. — ont contribué, depuis une vingtaine d’années, à le relancer sur de nouvelles bases. Au-delà d’une meilleure connaissance des divers types de sécularisation mis en œuvre en Occident, qui interdit tout schéma linéaire d’évolution (laïcisation à la française, confessionnalisation allemande, modèle américain de la religion civile), c’est la question même du rapport entre le politique et le religieux — la question « théologico-politique » — qui se trouve à nouveau au cœur de la discussion.

De cette actualité témoigne un nombre considérable de publications (voir récemment, parmi les revues, Droits, n° 58 (2013) et n° 59 (2014) : « Sécularisation[s] », Les Etudes philosophiques, n° 111 (octobre 2014) : « Actualité de la théologie politique ? », Les Temps modernes, n° 683 (2015/2) : « Dieu, l’islam, l’État »).

Le séminaire se propose, cette année, d’établir tout d’abord un état des lieux de la discussion, à partir de quelques foyers de problématisation essentiels (la conception chrétienne des « deux cités », la controverse Schmitt-Peterson sur la « théologie politique », le problème des « religions politiques », l’islamisme radical), puis d’examiner, à la lumière des débats qu’ils ont suscités, les arguments développés par J. Habermas sur la place de la religion dans une société « post-séculière ».

de 13h à 16h, en salle F004, ENS de Lyon, site Descartes

Prochaines dates

Dates récentes

/ Séminaires

UMR
2005 - 2016 Triangle - UMR 5206
| Crédits et Mentions légales | RSS 2.0 [Valid RSS]