/ Action publique

Axe 4 : Gouvernement des territoires

Présentation

Coordination : Stéphane Cadiou

Ce nouvel axe prend la suite de celui intitulé auparavant « Études urbaines ». Il réunit l’ensemble des recherches s’intéressant au fonctionnement d’espaces infranationaux et à la production de règles qui s’y localisent. Il renvoie à un champ d’investigation classique et d’une forte acuité au regard des réformes de décentralisation, des recompositions des systèmes productifs, des inégalités socio-spatiales, etc. Néanmoins, le changement d’intitulé de l’axe marque une double volonté d’élargissement du regard. D’une part, il s’agit de mieux prendre en considération les interdépendances territoriales provoquées par les processus de métropolisation. Si le constat demeure de la centralité des villes, et singulièrement des plus grandes, qui sont le siège d’importantes transformations (économiques, sociales, écologiques), il convient de penser les relations avec leur environnement spatial et les problématiques singulières de territoires périphériques. D’autre part, l’objectif est de mieux intégrer les réflexions relatives au pouvoir tant les territoires recèlent des ressources d’autorité et des enjeux de légitimation. Il s’agira ainsi de davantage confronter les recherches sur les mécanismes d’action publique territoriale avec les logiques de compétition politique et les rapports sociaux.

Cet axe réunit une dizaine de chercheuses et chercheurs rattaché.e.s principalement à deux espaces disciplinaires (la science politique et l’aménagement-urbanisme) et appartenant à divers établissements académiques. Il recouvre des recherches variées, tant au niveau des objets (d’objets techniques comme l’éclairage à des acteurs mobilisés comme les syndicats) que des terrains (agglomération lyonnaise ou stéphanoise, villes américaines, régions françaises, britanniques ou espagnoles…). Il donne lieu à des investigations sur des domaines d’action publique diversifiés (logement et hébergement, accueil de migrants, commerce et développement économique, déchets, etc.). Cet axe se place de fait dans un « esprit comparatif » pour penser le gouvernement des territoires dans ses différentes dimensions. Par-delà la diversité des recherches menées, il est possible de dégager trois volets autour desquels se structureront les échanges :

  • Marges et justice sociospatiales
  • Normes et résistances
  • Élites politiques, échelles et partenaires

Voir aussi :