/ Séminaires du chantier Genre et Politique

ANNULEE - REPORTEE à une date ultérieure : Journée FELiCiTE avec Gisèle Sapiro déplacée à la Bourse du Travail : « Femmes traductrices et universitaires dans un contexte de lutte contre la réforme des retraites et la LPPR »

27 mars 2020, de 9h30 à 16h à la Bourse du Travail de Lyon, place Guichard, Lyon

img

Journée reportée à une date ultérieure De 9h30 à 16h à la Bourse du Travail de Lyon, Salle des Congrès, place Guichard, Lyon

Le 5 mars l’université s’arrête : FELiCiTE ne sera donc plus à la Fac "publique" (ENS de Lyon). FELiCiTE rejoint l’Université Populaire et La Bourse du Travail de Lyon tant qu’elle sera en lutte contre la réforme des retraites et la LPPR (Loi Programmation Pluriannuelle de la Recherche).

Le temps de la lutte, nous souhaitons vider de sa moelle une université violente, sexiste et néolibérale pour transférer/diffuser/apprendre autrement dans un lieu de lutte.

Le 5 mars l’université s’arrête :

Introduite par une conférence de Gisèle Sapiro, la journée sera un moment de rencontre féministe entre la société civile, les traductrices de sciences humaines et sociales, les femmes qui travaillent à l’université (personnels ou enseignantes-chercheures précaires et titulaires) et des militantes féministes.

Pour cela nous entendrons également deux collectifs féministes engagés contre la réforme des retraites et les réformes qui cassent l’université : le collectif de réflexion Femmes, Université et LPPR et l’AG Féministe de Lyon. La discussion collective portera sur les thématiques qui nous préoccupent en ce moment (traduction <> recherche <> service public <> syndicalisme / société civile <> militantes <> chercheures <> personnels des Facs <> traductrices).

 

Présentation du séminaire :

Le terme « traductologie féministe » est une traduction de feminist translation studies. Il s’agit, au choix : d’une étude des traductions de textes féministes ou de textes qui peuvent intéresser les études féministes ; de l’étude de l’art de traduire des textes féministes ou de traduire n’importe quel texte avec un regard féministe. Mais nous pouvons aussi étendre cette définition restrictive de la « traductologie féministe » pour réfléchir aux modalités de circulation des idées féministes ou de l’histoire des femmes et des minorités sexuelles.

En effet, nous partons du principe que l’histoire des femmes, les savoirs produits par des femmes, les luttes menées par les femmes – comme les luttes féministes, pacifistes ou pour les droits des minorités – sont souvent des idées considérées comme subalternes ou inutiles.

Or, une étude approfondie des traductions, de la langue ou de l’art de traduire (la traductologie) nous amène à mieux comprendre comment la circulation des idées subalternes est souvent empêchée par les frontières culturelles, économiques, temporelles.

Une des raisons majeures de cet empêchement vient du fait que la culture, l’économie et le temps sont souvent utilisés comme des outils de domination plutôt que comme des outils d’échange et de partage. Ainsi la transmission des idées féministes peut être empêchée par une réécriture patriarcale ou coloniale de l’histoire, des préjugés racistes d’intraduisibilité (ex : "on n’a pas la même culture, c’est intraduisible, on ne peut pas se comprendre"), ou ce qui semblerait indicible ou impensable comme le viol, le féminicide, etc. qui pourtant perdurent et demandent compréhension critique des phénomènes structurels et de leur impact sur les individus.

La séance du 27 mars :

La matinée du 27 mars intégrera les enseignements de l’Université Populaire et sera consacrée à un des aspects essentiels de cette circulation des idées féministes : la découverte des traductrices ou traducteurs en sciences humaines et sociales qui sont les chevilles ouvrières de la circulation des idées (en histoire, philo, sciences économiques, science politique, etc.), .

Qui sont-elles ? Dans quelles conditions travaillent ces femmes traductrices ou ces hommes traducteurs de textes en sciences humaines et sociales dans le monde académique ? Quelle est leur place à l’université ? Par ailleurs, quels sont les choix des éditeurs en sciences humaines et sociales en terme de traduction ? Et quels sont les chercheurs qui voient leur travaux traduits et publiés ? S’agit-il d’hommes blancs états-uniens ? Ou aussi de femmes de tous les pays ?

Notre invitée, Gisèle Sapiro, viendra répondre à certaines de ces questions. Grâce au groupe de réflexion Femmes, Université et LPPR de Lyon ces questions seront ensuite élargies à l’ensemble de la communauté des femmes qui travaillent à l’université, qu’elles soient chercheures ou personnels d’accompagnement précaires ou titulaires, puis, grâce à l’AG Féministe de Lyon, elles seront étendues à l’ensemble des travailleuses.

Programme :

9h30 - 11h Séminaire FELiCiTE / Cours de l’Université Populaire : Sociologie des femmes traductrices et universitaires dans un contexte de casse du service public

  • 9h30-9h35 Samantha Saïdi : Introduction de la journée FELiCiTE et du contexte de lutte
  • 9h35-9h45 Présentation de l’intervenante par Sophie Béroud
  • 9h45 - 11h Conférence Gisèle Sapiro : Sociologie de la traduction en SHS et place des femmes : Directrice de recherche au CNRS, directrice d’études à l’EHESS / CESSP et membre de l’Academia Europeae. Spécialiste de sociologie des intellectuels, de la littérature et de la traduction, Gisèle Sapiro a notemment (co-)dirigé : Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, 2008 ; Les Contradictions de la globalisation éditoriale, 2009 ; Traduire la littérature et les sciences humaines : conditions et obstacles, 2012 ; Sciences humaines en traduction : les livres français aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Argentine, 2014).
  • 11h-11h15 Présentation du collectif de réflexion "Femmes, Université et LPPR"
  • 11h15-11h30 Présentation de l’AG Féministe de Lyon : actions et mobilisations
  • 11h30-12h30 Discussion avec la salle

12h30-14h : Pause pic-nic Place Guichard

14h - 16h Atelier de traduction Anglais-Français FELiCiTE

  • Marie van Effenterre - The Feminist Challenge to the Socialist State in Yugoslavia, Lóránd Zsófia.

 

/ Séminaires du chantier Genre et Politique
Action Discours Pensée politique et économique
logo Université de Lyon logo CNRS logo ENS de Lyon logo Sciences Po Lyon logo Université Jean Monnet Saint-Etienne logo Université Lumière Lyon 2
2005 - 2020 Triangle - UMR 5206
| Crédits et Mentions légales | RSS 2.0