/ Archives : colloques et journées d’études 2005 - 2014

Colloque international organisé par Sara d’Andrea, Michel Senellart et Claude-Olivier Doron : "Gouverner les vivants : à partir de Michel Foucault"

8 février 2008, et 9 Février 2008, à l’ENS LSH de Lyon

Organisateurs : Sara d’Andrea (ENS-LSH/ Laboratoire Triangle/ Université de Padoue), Claude-Olivier Doron (Université Paris VII/ REHSEIS/ Centre Canguilhem) et Michel Senellart (ENS-LSH/ Laboratoire Triangle)

Colloque international de l’AFIC

Ce colloque est organisé par l’Association franco-italienne pour la recherche en philosophie française contemporaine (AFIC) en collaboration avec le laboratoire Triangle de l’ENS LSH et le CIEPFC de l’ENS Ulm.

L’AFIC, Association Franco-Italienne pour la recherche sur la Philosophie Française Contemporaine, a pour objectif de faciliter et d’encourager les échanges et la collaboration entre étudiants, chercheurs et professeurs italiens et français travaillant sur la philosophie française contemporaine ainsi que de faire connaître les nouvelles perspectives philosophiques qui se sont développées en Italie à partir de cette orientation pendant les trente dernières années. Elle bénéficie du soutien du Centre International d’Etude de la Philosophie Française Contemporaine (ENS Ulm), du laboratoire Triangle (ENS-LSH) et de diverses universités italiennes.
Elle se compose pour l’instant d’un noyau dur d’une dizaine de doctorants et post-doctorants italiens et français travaillant à Lyon ou à Paris, ainsi que de plusieurs membres associés en Italie et en France. Elle organise un séminaire commun cette année à l’ENS-Ulm sur le thème de « Vie et Technique », contribue à plusieurs journées sur des auteurs de philosophie française contemporaine (Deleuze, Althusser, Canguilhem) et se charge de promouvoir aussi en France certains livres récemment parus en Italie (Tecnica e vita de Antonella Cutro , Michel Foucault. Soggetto, verità e potere, dirigé par M. Galzigna ). L’un des buts de l’association, en effet, est de diffuser en France les recherches en philosophie de langue italienne, notamment celles qui, en s’inspirant de la pensée française récente, ont développé une réflexion nouvelle et tout à fait originale. Elle constitue enfin et peut-être surtout un cadre de référence pour les étudiants italiens s’intéressant à la philosophie française contemporaine et les personnes s’intéressant à la pensée italienne actuelle, leur fournissant des informations, mettant à leur disposition un site internet et un espace de rencontres et de discussions.

Depuis une dizaine d’années, et plus encore depuis l’édition des cours Sécurité, territoire, population , et Naissance de la biopolitique , tout un ensemble de problèmes nouveaux ont émergé à partir des lectures de Michel Foucault. Du point de vue de la question du « pouvoir », on a mieux pris en considération le fait que Foucault n’était pas simplement le penseur des « disciplines », d’un pouvoir qui fonctionnait par la référence à une norme opérant un partage entre normal/anormal, mais avait élaboré à la fin des années 1970 toute une réflexion autour de la problématique du « gouvernement » des conduites et tout particulièrement du gouvernement des hommes entendus comme être vivants, d’où émergeait un type spécifique de dispositif de pouvoir – régulateur – s’appliquant à un type spécifique de sujet – la population. On peut faire l’hypothèse que ce sont ces nouveaux concepts et les problèmes auxquels ils renvoient qui sont – mieux peut-être que les simples dispositifs disciplinaires auxquels ils s’articulent – à même de rendre compte des modalités de gouvernement aujourd’hui, dans toute une série de domaines que l’on peut qualifier de « biopolitiques » - prévention des risques sanitaires, politiques de santé, risques écologiques, etc. Plus généralement, ce que Foucault définit comme le mode libéral de gestion des conduites mérite d’être approfondi et proposé comme un moyen fécond d’appréhender bien des transformations à l’œuvre depuis trente ans.
Cela implique que l’on revienne donc sur une série de concepts élaborés par Foucault et qu’on analyse la manière dont on peut les appliquer sur le terrain. Il se trouve que, pour des raisons de contexte de réception, l’Italie a été l’un des lieux où les analyses foucaldiennes élaborées autour de la « biopolitique » et du « gouvernement » ont reçu le plus d’échos et ont donné lieu à des reprises pertinentes, voire créatrices. L’un des buts de ces journées sera justement de faire connaître au public français certaines de ces lectures italiennes de Foucault et de les confronter avec celles de chercheurs français travaillant sur les mêmes questions. On mettra tout particulièrement l’accent sur des problèmes qui nous semblent extrêmement fertiles aujourd’hui : la notion de « gouvernement des conduites » et la définition d’un espace de résistances que Foucault nomme « éthico-politique » où viennent jouer des contres-conduites, les techniques de prise en charge du vivant, le mode libéral de gouvernement des populations et le problème de l’articulation, décisif pour comprendre l’évolution de Foucault dans ses derniers écrits, entre « gouvernement des autres » et « gouvernement de soi ».
Il s’agira par ailleurs de mettre à l’épreuve la pertinence de ces notions et des problèmes qu’elles ouvrent lorsqu’on les transpose dans d’autres champs de recherches que la philosophie proprement dite. C’est là, nous semble-t-il, qu’elles montrent toute leur fertilité et gagnent en épaisseur. On peut y voir en détail comment se sont développées des techniques de gouvernement des vivants et comment elles fonctionnent actuellement. On cherchera donc à examiner certains de ces problèmes à la lumière de la sociologie, de l’anthropologie de la santé et de l’histoire, en prenant le pari que la philosophie a beaucoup à gagner dans cette rencontre avec ses marges.

Programme

1ère journée : « Les transformations des concepts foucaldiens en France et en Italie »

  • 09h 45-10h00 : Ouverture : Sara d’Andrea et Michel Senellart
  • 10h00-11h00 : Sandro Chignola (Université de Padoue) : « Biopolitique, gouvernementalité, gouvernement »
  • 11h00- 12h00 : Stéphane Legrand (CIEPFC) : « Foucault et Troper : le conflit des normes »
  • 12h00-13h00 : Michel Senellart (ENS LSH- Triangle) : « Etat de droit et politique de sécurité »

13h00-14h30 : Pause

  • 14h30-15h30 : Roberto Esposito (Université de Naples) : « biopolitique et paradigme immunitaire »
  • 15h30-16h30 : Paolo Napoli (EHESS) : « La discipline et l’obéissance dans le cours de 1977- 78
  • 16h30-17h30 : Sara d’Andrea (Université de Padoue/ ENS LSH-Triangle) : « Gouvernement des conduites et formes de résistance »
  • 17h30-18h30 : Laura Cremonesi (Université de Pise) : "L’idée de gouvernement dans l’interprétation foucaldienne de l’Antiquité".

2ème journée : « Usages des concepts foucaldiens entre philosophie et sciences sociales »

  • 09h15-09h30 : Ouverture : Claude-Olivier Doron et Michel Senellart
  • 09h30-10h30 : Luca Paltrineri (Université de Pise/ ENS-LSH-Triangle) : « Les doctrines de la population au miroir de la biopolitique : Foucault lecteur de Moheau »
  • 10h30-11h30 : Giovanna Procacci (Université de Milan) : « Le gouvernement de la misère »
  • 11h30-12h30 : Claude-Olivier Doron (Université Paris VII-REHSEIS) : « Le gouvernement des hommes dangereux. Prévenir la récidive, gérer la dangerosité »

12h30-14h : Pause

  • 14h-15h : Arnold I. Davidson (Université de Chicago/ Université de Pise) : « Eloge des contre-conduites »
  • 15h-16h : Frédéric Keck (CNRS) : « Philosophie de la biopolitique, anthropologie de la biosécurité »
  • 16h-18h : table ronde autour du thème « gouvernement des autres, gouvernement de soi » avec Mario Galzigna (Université de Venise), Judith Revel (Université Paris-I) et Jean-Claude Zancarini (ENS-LSH-Triangle)

Contacts :


Sara d’Andrea : sdandrea2 at gmail.com
Claude-Olivier Doron : colivierdoron at gmail.com

/ Archives : colloques et journées d’études 2005 - 2014

UMR
2005 - 2019 Triangle - UMR 5206
| Crédits et Mentions légales | RSS 2.0 [Valid RSS]