/ Doctorant.e.s

Le Reste, Clément

 Doctorant en science politique à l'Université Lumière Lyon-2

Thèse en cours

Depuis octobre 2017

Sujet : « Rendre visible l’invisible ». Du non-accès au non-recours : socio-histoire française d’une catégorie d’action publique (1970-2016) ».

Sous la direction de Gilles Pollet

Cursus universitaire et professionnel

  • Responsable du dialogue citoyen, Rézé (44)
    2016 - 2017
  • Centre de préparation à l’E.N.A, IEP de Rennes (35)
    2015 - 2016
  • Master 2 – Études Européennes et Internationales
    Mention Science Politique de L’Europe

    Université de Nantes – Faculté de Droit et de Science Politique (44)
    2014 – 2015
  • Master 1 – Études Européennes et Internationales
    Mention Politiques et Sociétés en Europe

    Université de Nantes – Faculté de Droit et de Science Politique (44)
    2013 – 2014
  • Licence de Droit Général
    Université de Nantes – Faculté de Droit et de Science Politique (44)
    2010 – 2013

Enseignements

Méthodes des sciences sociales. IEP de Lyon, 2ème année. 2017-2018

Travaux de recherche

Mémoires

  • « Le non-recours aux droits : processus de visibilité de l’invisible. Politisation, technocratisation et redéfinition des politiques publiques », sous la direction de Goulven Boudic.
    2015
  • « Noam Chomsky. La tentative d’importation du modèle de l’intellectuel français engagé aux Etats-Unis », sous la direction d’Arnauld Leclerc.
    2014.
  • « La France en Syrie et au Liban de 1918 à 1920. La consécration militaire et diplomatique de la puissance mandataire », sous la direction de Stève Desgré.
    2012

Lectures critiques

  • « Post-Democratie », de Colin Crouch.
  • « Du Birth control au Planning Familial (1955-1960) : un transfert militant », de Bibia Pavard.
  • « A rule-governed community of scholars : the Humboldt vision in the history of the European University », de Thorsten Nybom.

Note de recherche

  • « La démocratie chrétienne en Europe : qu’en reste-il ? »
    2014

Autres

Membre fondateur de « l’association des étudiants de science politique de l’Université de Nantes (AESP Nantes)