/ Projets MSH Lyon St-Etienne (ex ISH)

Projet de l’axe « Santé et Société » de la MSH Lyon St-Etienne : « NOTISS : Des NOTables face aux Inégalités Sociales de Santé ? Dépolitisation des inégalités de santé et politisation des professionnels de santé » [2018-2020]

Porté par le laboratoire

Coordination

François Buton, directeur de recherche au CNRS, section 40 (TRIANGLE)

Partenaires

TRIANGLE (UMR 5206), Centre Max Weber (UMR 5283), LARHRA (UMR 5190), CERAPS (UMR 8026)

Présentation

NOTISS entend examiner la question des inégalités sociales de santé (ISS, dont les inégalités d’accès aux soins sont une partie) par le prisme des processus de politisation et de dépolitisation, à partir du paradoxe suivant : la dépolitisation relative des questions de santé et tout particulièrement des inégalités sociales de santé (enjeux construits comme techniques, économiques, voire technocratiques, mais très peu saisis dans le champ politique par les partis), notamment lors des campagnes électorales nationales (à l’exception remarquable des présidentielles de 2017, avec les mises en causes et défenses de l’assurance-maladie !) va de pair avec une politisation relativement forte, si on la compare à d’autres secteurs professionnels, des professionnels de santé (la politisation renvoie ici à l’entrée dans le champ politique par la détention de mandats électifs, nationaux et locaux, ou par la candidature pour ces mandats). Or, du point de vue de la sociologie politique, la pleine compréhension de la faiblesse des politiques de réduction des ISS en France exige une analyse, en forme de pré-requis, à la fois de la place des questions de santé dans l’espace politique, et des trajectoires et domaines de spécialité des professionnels de santé entrés en politique (loin des fantasmes sur le "lobby médical") ainsi que des spécialistes politiques en charge de la santé (non professionnel au préalable, par exemple Simone Veil). Dans une perspective croisant sociologie politique, sociologie et histoire des professions, et sociologie de l’action publique, il s’agit de prendre la juste mesure de ces deux phénomènes, par l’analyse longitudinale des trajectoires des professionnels de santé élus aux niveaux national (parlementaires, ministres, cabinet) et local (régions, départements, métropoles, communes) d’une part, et par l’examen exhaustif de l’offre politique partisane en matière de santé (inégalités de santé) lors des principales campagnes électorales (nationales et locales), d’autre part.

Présentation du projet sur le site de la MSH LSE