/ Labex IMU

« Quand les données deviennent sensibles : pourquoi ? Pour qui ? »

26 février 2015, de 9h30 à 13h, en salle R-20, à l’ENS de Lyon

Organisateurs

Fatiha Belmessous, Loïc Bonneval, Florence Goffette-Nagot, François Robert

Cette séance de séminaire organisée dans le cadre du Labex IMU se situe dans continuité de la rencontre entre chercheurs et acteurs du logement organisée le 8 avril 2014 autour des données sur l’habitat. Les échanges menés à cette occasion ont montré la pertinence de cette thématique pour construire le dialogue entre chercheurs et praticiens. Ils ont également fait ressortir la nécessité de se confronter au caractère sensible de certaines données. Fréquemment mis en avant pour justifier de restreindre la diffusion des données, ce qualificatif reste assez peu explicité : qu’est-ce qui rend une donnée « sensible » ? L’interrogation peut renvoyer à la dimension politique, et au risque de mettre en lumière des dysfonctionnements, ainsi qu’à des aspects juridiques, notamment autour des enjeux de confidentialité. La question est également de savoir pour qui les données sont sensibles. Leur circulation dépend ainsi de l’état des relations entre les différents acteurs (collectivités locales, associations, chercheurs, etc.). On observe que, bien souvent, c’est moins la donnée elle-même qui suscite de telles difficultés, que la nature de ceux qui la mobilisent et les usages qui peuvent en être faits. La séance de séminaire du 26 février 2015 a pour but de prolonger la réflexion en associant la présentation de travaux de recherche et les témoignages d’acteurs du logement et de l’habitat.

Intervenants

  • Marine Bourgeois, Doctorante - Centre d’études européennes (UMR 8239), Sc Po Grenoble, « L’attribution des logements sociaux »
  • Christine Guignard, DREAL Rhône-Alpes, service Habitat Construction Ville et le chargé de mission sur l’Observatoire régional de l’habitat et du logement : « Construire et partager un observatoire sur l’habitat et le logement »
  • Agustin Hernandez Aja, professeur et Angela Matesanz Parellada, doctorante, Université Polytechnique de Madrid, ETSA, « Cartographier les quartiers dits vulnérables en Espagne : questions méthodologiques »

/ Labex IMU