/ Chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s

Viglino, Sylvie

 Maitre de conférences en langue, littérature et civilisation italiennes, à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne
Publications dans HAL

Statut (compléments)

Professeure agrégée.
Ancienne Normalienne Doctorante à l’Université Paris XII-Val de Marne.
Fonctionnaire stagiaire à l’Ecole Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses.

Formation et Diplômes

Doctorat en études italiennes, Sorbonne Nouvelle Paris III, 1999.
Chercheure en titre du Groupe d’Etude en Sociologie des Textes, sous la direction d’Alain Viala, U.F.R. de Littérature et Linguistique françaises, Paris III, 1988.
Agrégation d’Italien, 1984.
Diplôme d’Études Approfondies : Leonardo Sciascia et Paolo Volponi, l’écrivain et le pouvoir, sous la direction de Mario Fusco, Sorbonne Nouvelle Paris III, 1983.
Maîtrise : Carlo Emilio Gadda, écrivain engagé dans Accoppiamenti giudiziosi, sous la direction de Mario Fusco, 1982.
Licence d’Italien, Université Sorbonne Paris IV, 1981
Ecole Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses, 1981-1985.
Classes préparatoires au lycée Fénelon, Paris 6e.

Domaine de spécialité scientifique et thèmes de recherches

Domaine de spécialité :
Littérature réaliste et civilisation italiennes du XXe siècle.

Mes travaux portent principalement sur la littérature réaliste du XXe siècle, en particulier sur les œuvres ou les auteurs dits mineurs mais ils dépassent le cadre strict de la littérature puisqu’ils prennent en compte texte - récits et discours -, co-texte et contexte et interrogent les rapports existant entre les champs culturel et politique. Ils se concentrent aujourd’hui sur les intellectuels et artistes nationalistes de la première moitié du XXe siècle qui ont contribué à l’invention d’une histoire et d’une identité nationales.

Thèmes de recherche :

  • Histoire de la nation
  • Histoire de la littérature
  • Genre et identité nationale
  • Littérature et industrie
  • Art et guerre
  • Le mineur

Thèse

Sujet : « La « letteratura d’azienda ». Les débuts littéraires de Ottiero Ottieri et Paolo Volponi » , 2 vol., 466 pages , sous la direction de Mario Fusco, professeur émérite, Sorbonne Nouvelle Paris III.
Jury  : Denis Ferraris (Sorbonne Nouvelle Paris III), Aurore Frasson Marin (Université de Savoie), Mario Fusco (Sorbonne Nouvelle Paris III ), Jean-Paul Manganaro (Lille III) et Giuditta Rosowsky (Paris VIII).
Mention  : Très honorable, à l’unanimité, avec félicitations du jury.

Résumé :
La réflexion sur l’étiquette « letteratura d’azienda », sur son émergence et son usage, fréquent dans les années 60 et 70, est menée à partir de la confrontation de deux romans portant sur l’usine de machines à écrire Olivetti, Tempi stretti (1957) de Ottiero Ottieri et Memoriale (1962) de Paolo Volponi, la question étant de savoir si cette étiquette correspond à une taxinomie critique ou si elle désigne un genre littéraire. La démarche suivie est propre à la sociologie des textes, c’est-à-dire fondée sur une approche pragmatique du fait littéraire qui fait siens les outils de la sociologie de la littérature telle que la définit Pierre Bourdieu.
La reconstitution de la trajectoire sociale, culturelle et politique des deux auteurs montre la nature distincte de leur engagement politique en même temps qu’elle révèle une même propension à se servir de l’expérience professionnelle que chacun vécut au sein de l’entreprise Olivetti, alors dirigée par un grand patron de l’Italie du Nord, Adriano Olivetti, porteur d’un projet de société, fondateur d’un mouvement politique chrétien et socialiste, non marxiste, appelé Comunità et promoteur d’une culture qui, par son empreinte idéologique, peut être qualifier d’olivettiana.
La question du genre est abordée à travers un double examen, celui de la critique exogène et endogène et celui thématique - portant sur l’usine et l’ouvrier - des deux romans. Il en ressort que Ottieri et Volponi offrent de l’usine une image qui traduit la vision typique d’un groupe minoritaire de l’entreprise Olivetti, celui dit des « humanistes de gauche ».
Dans la mesure où le champ littéraire, et plus généralement culturel, oriente la stratégie des écrivains en fonction de leurs atouts, sont pointées les restructurations successives qu’il subit entre la fin des années Quarante et le début des années Soixante : elles apparaissent fortement conditionnées par la transformation néo-capitaliste de l’organisation économique italienne et par les modifications de la situation politique internationale et intérieure.
Enfin, le projet et la stratégie littéraire de chaque auteur se dégagent de l’examen de la production littéraire antérieure et contemporaine tandis que sont mesurés les effets du champ littéraire et culturel dans l’élaboration de ce projet ainsi que dans la fortune des deux œuvres.
Il ressort que les deux romans s’inscrivent dans un projet littéraire différent – dépassement du néo-réalisme pour l’un, du néo-expérimentalisme pour l’autre - conçu dans un état du champ littéraire et culturel différent : roman politique le premier, à l’heure où décline l’hégémonie culturelle communiste et domine dans le débat de société la figure d’Elio Vittorini, roman poétique le second, quand se scinde la critique marxiste et que se dessine ce que Carlo Salinari, responsable de la Section culturelle du Parti Communiste, appelle le « courant Pasolini ». Il ressort aussi que l’étiquette letteratura d’azienda sous laquelle les rangèrent longtemps les manuels d’histoire littéraire, loin de recouvrir un genre, renvoie à des luttes symboliques entre clans littéraires concurrentiels.

Publications

à paraître

  • Viglino Sylvie, « La bataille futuriste de Marinetti et Papini contre les professeurs », in S. Lazzarin (éd.), Maîtres, précepteurs et pédagogues, actes du colloque international des 12-13 février 2015, Bruxelles, Peter Lang, 10 p.

Publications récentes

2015



  • Viglino Sylvie, « «Ho l’anima di un soldato italiano» ovvero l’esercito italiano secondo Marinetti », Italies, 2015, nᵒ 19, p. 79-91.
  • Viglino, Sylvie, « Identità nazionale e identità di genere : Papini e Marinetti contro D’Annunzio » in Laura Auteri, Matteo Di Gesù e Salvatore Tedesco (a cura di), La cultura in guerra : dibattiti, protagonisti, nazionalismi in Europa (1870-1922), Roma, Carocci, 2015, 10 p.
  • Viglino, Sylvie, « Sicile, exil, île ou l’autoportrait en noir et blanc de Giuseppe Bonaviri in Autobiografia in do minore. Racconto di scoordinata sopravvivenza », in C. Mattei et D. Méaux, Lieux identitaires et dispositifs photolittéraires, actes du colloque organisé par le C.I.E.R.E.C. en partenariat avec Passages XX-XXI (Université de Lyon 2) et l’Université Vasile Alecsandri de Bačau, 21-22 novembre 2013, Université Jean Monnet Saint- Etienne, in Espaces photo-textuels, Revue des Sciences Humaines, n°319, juillet-septembre 2015, 12 p.

2014

Articles  :

  • Viglino, Sylvie, « La Grande Guerra di Filippo Tommaso Marinetti o la sinergia delle arti », Peter Kuon (a cura di), L’Italia e le arti. Lingua e letteratura a dialogo con arte, musica e spettacolo, XX° Convegno A.I.P.I in collaborazione con il Polo universitario Arts & Humanities di Salisburgo, Salisburgo, 5-8 settembre 2012, Firenze, Franco Cesati Editore, « Civiltà italiana », 2014, 12 p.
  • Viglino, Sylvie, « Héroïsme et érotisme dans l’Alcòva d’acciaio de Filippo Tommaso Marinetti ou l’autorité de l’Armée en question », in A. Morini (éd.), Institutions, actes de la journée d’études, Saint-Etienne, Cahiers du Celec, n°7, 2014, 18 p. Accessible en ligne

Séminaire  :

  • Viglino, Sylvie, « Repenser le futurisme », conférence donnée le 09/10/2014, à l’occasion du Séminaire d’Etudes Italiennes, organisé par l’E.N.S. de Lyon et l’Université Lyon 3 (Responsables : Romain Descendre et Pierre Girard), en collaboration avec l’UMR 5206 Triangle, La Clé des Langues, novembre 2014. Version écrite en ligne

2013

  • Viglino, Sylvie, « Pier Paolo Pasolini et Pie XI ou la contestation d’un Pape au nom du Fils », in A. Morini (éd.), Pape et papauté : respect et contestation d’une autorité bifrons, actes du colloque international, Saint-Etienne, PUSE, « Voix d’ailleurs. Etudes italiennes », 2013, 14 p. Présentation de l’ouvrage (site de l’éditeur) et lien vers l’e-book

2012

  • Viglino, Sylvie, « La Littérature à l’épreuve de l’Histoire. Due imperi...mancati de Aldo Palazzeschi ou le mineur, produit de l’idéologie », in B. Rodriguez et C. Zékri (ed.), La notion de « mineur » entre littérature, arts et politique, actes du colloque organisé par l’Université Paris-Est Créteil et Université Paris-Est Marne-la-Vallée, 4-6 novembre 2010, Paris, Michel Houdiard Editeur, 2012, p. 129-138.
  • Viglino, Sylvie, «  Martedina de Giuseppe Bonaviri ou la nostalgie du Chaos » in A. Morini (éd.), Lieux bizarres, actes du colloque international, Saint-Etienne, PUSE, « Voix d’ailleurs. Etudes italiennes », 2012, p. 461-472.

2011

  • Viglino, Sylvie, « Le vertige du vivant ou les prodiges du verbe dans La divina foresta de Giuseppe Bonaviri » in M. Maigron et A-L. Perotto (ed.), La surface instable, actes du colloque organisé par le Laboratoire Langages, Littératures, Sociétés, 14-15 octobre 2011, Chambéry, Université de Savoie, « Ecriture et représentation », 2012, p. 119-132.

2010

  • Viglino, Sylvie, « Autour du mythe fasciste de la Grande Guerre : exemples et contre-exemples » in L. Scotto D’Ardino (dir.), « Cahiers pédagogiques », n° Spécial Concours (2010), Grenoble, ELLUG, p. 39-51.
  • Viglino, Sylvie, « I tre pilastri della scrittura bonaviriana o la cultura greca, araba e normanna all’opera in Martedina, Il dottor Bilob, L’incredibile storia di un cranio  », in Corinna Salvadori Lonergan (a cura di), Insularità e cultura mediterranea nella lingua e nella letteratura italiana, Atti del XIX Congresso dell’A.I.P.I, Cagliari, 25-28 agosto 2010, vol.II, Firenze, Franco Cesati Editore, « Civiltà italiana », Nuova serie 7, 2012, p. 443-453.

Avant 2010

  • Viglino, Sylvie, « L’art et la matière dans Il mar delle blatte de Tommaso Landolfi » in A. Morini (éd.), Objets étranges, C.E.R.C.L.I, PUSE, 2008, p. 215-243.
  • Viglino, Sylvie, « Trajectoire naissante d’écrivain : la place des « romanzi d’azienda » dans la production littéraire de Ottiero Ottieri et Paolo Volponi » in Chroniques italiennes , ibid., n°4, déc. 2003, 32 p.
  • Viglino, Sylvie, « Ottiero Ottieri ou l’holocauste d’un écrivain. La question de l’image de soi abordée à travers l’analyse critique de Il campo di concentrazione », in Chroniques italiennes, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III, n°50/51, 1997, p. 175-194.
  • Viglino, Sylvie, « La culture olivettiana (1936-1956) », contribution menée par le Groupe inter-universitaire (Grenoble III, Paris III, Paris VIII) d’une Recherche Coopérative sur Programme sur la culture italienne entre Europe et régions, Italiques, n°9, octobre 1989, p. 35-79.
  • Viglino, Sylvie, « La letteratura d’azienda : taxinomie critique ou réalité socio-littéraire ? » in Italiques, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III, n°7, février 1988, p. 93-97.

Recensions :

  • Giovanni Capecchi, Lo straniero nemico e fratello. Letteratura italiana e grande guerra, Bologna, CLUEB, 2013, in Italies, Centre Aixois d’Etudes Romanes, n°19, à paraître en 2016.
  • Matteo Di Gesù, Tradizione letteraria e identità italiana, Roma, Carocci editore, 2013 in Laboratoire italien, ENS Editions, 2015. http://laboratoireitalien.revues.org/876

Responsabilités administratives, participation à l’organisation de colloques et autres

  • Participation à l’atelier de traduction des écrits de Benito Mussolini, E.N.S de Lyon, sous la responsabilité de Stéphanie Lanfranchi, depuis 2014.
  • Secrétaire-adjointe de la Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur, depuis 2013.
  • Membre du comité éditorial de la revue en ligne Les cahiers italiens, SIES.
  • En cours : co-organisation de la journée d’études sur Le Futurisme italien entre l’art et la politique à l’Université Lyon 3 le 29 janvier 2015.

Pôle(s)

Membre du/des pôle(s) : Pensée Politique et Sciences Sociales