/ Doctorant.e.s

Bocquet, Jonathan

 Doctorant en science politique à l’université Lumière Lyon-2

Thèse en cours

Titre provisoire : "Démocratie représentative et démocratie délibérative : enjeux et stratégies des partis politiques"
Mots-clés : "Démocratie représentative, démocratie délibérative, démocratie participative, concertation, partis politiques, militantisme"
Directrice de thèse : Nathalie Dompnier


Résumé : Cette recherche vise à interroger l’exigence croissante de la démocratie délibérative dans le système partisan et ses effets sur les partis politiques, la transformation des procédures intra-partisanes et la mutation du jeu politique. L’un des objectifs est de constater les mutations du champ politique en observant les évolutions des modes d’organisation et de répartition des rôles des sympathisants, des adhérents et des militants. De manière globale, il s’agit d’éprouver l’hypothèse du passage de la démocratie de partis à la démocratie du public.

Formation

  • 2013-2015 : A.T.E.R. Université Lumière Lyon II
  • 2010-2013 : Contrat Doctoral Unique
  • 2010 : Master II Sociologie Politique Université Lumière Lyon II Mention Bien
  • 2008 : Licence de Science Politique à l’université Lumière Lyon II
  • 2005 : Diplôme de Management International à Lyon

Enseignement

  • 2014/ 2015 : Science Politique : Approches et Terrains (21h) Licence 2
  • 2013/ 2014 : Séminaire d’encadrement des mémoires (21h) Master 1
  • 2013/ 2015 : Mobilisations collectives (42h) 3ème année de licence
  • 2011 / 2015 : Partis et systèmes de partis (147h) 1ère année de licence de science politique
  • 2010 / 2015 : Histoire de la vie politique française (147h) 1ère année de licence de science politique
  • 2010 / 2011 : Méthodologie (21h) 1ère année de licence de science politique

Communications :

  • Le parti pirate, entre expertise technique et argumentation politique, Journée d’études " Le vote électronique : dispositifs pratiques et contestations",25 novembre 2011, ENS Lyon
  • “Meeting de Lyon, l’après primaire : réconciliation des courants et mobilisation des sympathisants" lors de la journée d’étude dans le cadre de l’ANR SPEL, 15 juin 2012, Université de Lille
  • « S’engager au-delà de la forme partisane, le parti pirate et Internet. » dans le cadre de la journée d’étude « S’engager autrement » , le 17 janvier 2013, IEP de Bordeaux
  • « Le pirate, nouvelle figure militante » lors du panel « L’engagement politique des nouvelles générations à l’heure des réseaux sociaux », Congrès de l’AFSP, 25 avril 2013, Luxembourg
  • « Les sections socialistes sans campagne » lors du panel « Parti et participations en dehors des élections », 25 avril 2013, Luxembourg
  • « Stratégies de résistance ou de promotion des acteurs de la démocratie représentative face aux procédures participatives » , le 22 novembre 2013, Journées doctorales du GIS Participation, Université de Bordeaux
  • « La culture pirate à l’épreuve de la forme partisane » », journée d’étude "Pirater" au CNAM, le 25 octobre 2014
  • Bocquet Jonathan, « La culture pirate à l’épreuve de la forme partisane », Tracés 1/ 2014 (n° 26), p. 89-110 URL : www.cairn.info/revue-traces-2014-1-page-89.htm.

Travaux :

Mémoire sous la direction de Nathalie Dompnier : Clivages et système partisan : Trajectoire du Parti Radical en trois temps

Résumé : Le parti radical d’aujourd’hui, est-il le parti radical de 1901 ? Est-il un homonyme ou son descendant ? En tant que descendant, a-t-il hérité du patrimoine politique de son ancêtre ? L’ensemble de ces questionnements tournent finalement autour de la même problématique. Entre stratégie et idéologie, quel est le poids de l’héritage (organisation, réseaux, cultures) dans le positionnement d’un parti ? L’objectif est de comprendre les facteurs de transformation du système partisan par le cas exemplaire - au moins par sa longévité - du parti radical. Remettant en cause la nature intrinsèque du positionnement d’un parti politique, nous nous sommes penchés sur ce qui structurait le système partisan, et liant ainsi le rôle des idées et des stratégies partisanes, nous avons finalement posé la question en termes de clivages selon le modèle Rokkanien. De la constitution du parti à la période contemporaine en passant par les années de crise de la IV république, nous avons appréhendés l’évolution du positionnement partisan selon l’influence plus ou moins forte de ces clivages sur la structuration du système partisan à travers les époques croisés aux enjeux contextuels, ainsi que des contraintes institutionnelles. La scission du parti étant le révélateur de l’ambivalence de son positionnement interne autant que du phénomène de bipolarisation de la vie politique.

Langues

  • Français (A)
  • Anglais (B)
  • Allemand (C)

http://jonathan-bocquet.fr/blog/