/ PRODICS : production discursive des catégories sociales

Membres

Responsables

Membres

  • Thomas Berthier est doctorant à l’Université de Picardie Jules Verne et membre du CURAPP. Depuis octobre 2006, il prépare, sous la direction de Frédéric Lebaron, une thèse de sociologie portant sur le néo-libéralisme dans les médias français depuis 1984. Historien de formation, il s’intéresse à l’évolution du discours politique, économique et social des différentes institutions médiatiques à destination du grand public, et notamment aux représentations qui y sont mobilisées.
  • Gilles Christoph est doctorant en études anglophones à l’Université Lumière Lyon 2 et professeur agrégé d’anglais à l’UFR de Géographie et aménagement de l’Université des Sciences et Technologies de Lille. Il est rattaché à l’école doctorale 3LA et membre du laboratoire Triangle. Depuis octobre 2005, il prépare, sous la direction de Keith Dixon, une thèse sur l’influence des idées néolibérales en Grande-Bretagne au cours du xxe siècle. Ses travaux l’amènent notamment à interroger les raisons stratégiques pour lesquelles les néolibéraux ont tenté, à partir des années 1950, d’infléchir les représentations de la condition ouvrière durant la révolution industrielle.
  • Anouk Flamant est doctorante en science politique à l’Université Lumière Lyon 2. Elle est rattachée au laboratoire Triangle UMR 5206 et à l’Ecole doctorale 483. Elle prépare un doctorat sous la direction de Renaud Payre, qui porte sur la mobilisation et la circulation de savoirs des municipalités en matière d’intégration et d’accueil des étrangers à Lyon et à Leeds de 1975 à 2010. La thèse s’intéresse en particulier à la manière dont les municipalités ont mobilisé des ressources et des savoirs auprès d’acteurs locaux (associations de défense et d’accueil des étrangers, services déconcentrés de l’Etat), nationaux (associations de villes de France) et européens (réseaux de villes) pour accueillir, administrer et intégrer les populations étrangères.
  • Jean-Baptiste Frery est doctorant en science économique à l’université Lumière Lyon 2. Il est rattaché au laboratoire Triangle UMR 5206 et à l’école doctorale ED 486 SEG. Il prépare un doctorat sous la direction de Jean-Pierre Potier, qui portera sur la notion de pauvreté dans la pensée économique française et anglaise au début du xixe siècle. À la fin du xviiie siècle, un changement social fondamental apparaît avec à la fois la disparition de la société des privilèges et l’avènement du système industriel. Cette mutation a notamment pour conséquence une modification radicale du statut du pauvre. Le pauvre moderne est valide et rarement seul, il ne fait donc plus référence à un individu marginal, mais à un groupement d’individus formant une classe « dangereuse » qui s’urbanise. Face à l’émergence de cette nouvelle « catégorie sociale », le politique doit alors apporter une réponse originale.
  • Simon Hupfel est doctorant en science économique à l’École normale supérieure de Lyon. Il est rattaché au laboratoire Triangle UMR 5206 et à l’Ecole Doctorale ED 486 SEG. Il prépare un doctorat sous la direction de Ludovic Frobert, dont l’objet est de comparer l’économie politique des manufactures de soieries de Lyon et Londres au cours de la première moitié du xixe siècle. Plus précisément, le projet consiste à pointer les relations qui existent entre les dynamiques des mouvements ouvriers des deux villes et l’activité de leur manufacture. Les débats contemporains touchant à l’émergence de la notion de classe ouvrière y occupent ainsi une place centrale.
  • Fabien Jeannier est doctorant en études anglophones à l’Université Lumière Lyon 2. Il est rattaché à l’école doctorale 3LA et membre du laboratoire Triangle. Depuis septembre 2007, il prépare, sous la direction de Keith Dixon, une thèse qui porte sur la régénération de Glasgow et ses implications en termes politiques et culturels. À ce titre, il interroge la représentation et le rôle de l’héritage ouvrier de la ville, le processus de gentrification de son centre depuis le début des années 1980, l’instrumentalisation de la culture au service du développement économique et l’impact des partenariats public-privé.
  • Étienne Jortie est doctorant en science économique à l’université Lumière Lyon 2. Il est rattaché au laboratoire Triangle UMR 5206, et à l’école doctorale ED 486 SEG. Il prépare une thèse sous la direction de Jean-Pierre Potier, qui portera sur les débats sur le luxe au xviiie siècle. Par sa fonction de hiérarchie dans l’ordre des représentations, le luxe est considéré au xviiie comme un moyen de pouvoir dont on discute pour savoir s’il déséquilibre ou non l’ordre établi. Avec la montée en puissance de la bourgeoisie, le luxe n’est plus réservé à la seule aristocratie, et beaucoup reprochent au luxe d’engendrer le désordre. De plus, on l’accuse de ruiner la noblesse qui, pour tenir son rang, est obligée de recourir à un faste toujours plus coûteux.
  • Émilien Julliard Émilien Julliard est doctorant en sociologie/science politique à l’EHESS et moniteur en science politique à l’Université Paris-Dauphine. Il est rattaché au Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097), plus précisément à l’équipe « Enquêtes, Terrains, Théorie » (EHESS/ENS). Il prépare actuellement une thèse sous la direction de Michel Offerlé qui porte sur une ethnographie des mobilisations des principaux syndicats américains du secteur privée dans la période contemporaine.
  • Marc Lenormand est doctorant en études anglophones à l’université Lumière Lyon 2. Il est rattaché au laboratoire Triangle UMR 5206 et à l’école doctorale 3LA. Il prépare un doctorat sous la direction de Keith Dixon, qui portera sur le mouvement social britannique au cours de l’« hiver du mécontentement » de 1978-1979. Dans ce contexte, il porte un intérêt particulier aux logiques de politisation à l’œuvre dans le secteur public en Grande-Bretagne dans les années 1970 et aux discours sur l’organisation de la société déployés aussi bien par les syndicats dans leur entreprise de recrutement de nouveaux adhérents, que par le gouvernement, les organisations patronales et les médias conservateurs dans leur effort pour contenir les luttes sociales.
  • Emmanuel Porte est doctorant et ATER en science politique à l’Université Lumière Lyon 2. Il est rattaché au laboratoire Triangle UMR 5206. Il prépare une thèse sous la direction de Gilles Pollet, avec le concours actif de Sophie Béroud, sur le thème : « Le “salaire étudiant” ou la tentative plurielle de penser la condition sociale des étudiants (1945-2002). »
  • Sabine Remanofsky est doctorante en études anglophones à l’Université Lumière Lyon 2 et professeure agrégée d’anglais à l’École normale supérieure de Lyon. Elle est rattachée à l’école doctorale 3LA et membre du laboratoire Lire. Depuis octobre 2005, elle prépare, sous la direction de Michel Granger, une thèse sur la réaction conservatrice contre le transcendantalisme aux États-Unis durant le second tiers du xixe siècle. Ses recherches l’amènent notamment à s’intéresser aux représentations de la classe ouvrière dans la pensée des théologiens conservateurs de l’époque antebellum.
  • Thibaut Rioufreyt est doctorant et allocataire-moniteur en science politique à l’Université Lumière Lyon 2 et à l’Institut d’études politiques de Lyon. Il est rattaché au laboratoire Triangle UMR 5206 et à l’Ecole Doctorale 483 Sciences Sociales. Il prépare une thèse sous la direction de Paul Bacot sur la traduction du néo-travaillisme britannique dans la gauche socialiste française. Ses recherches portent principalement sur la circulation internationale des idées, la sociologie des intellectuels et la socio-histoire du Parti socialiste contemporain.
  • Jérôme Rollin est doctorant en urbanisme à l’université Lumière Lyon 2. Il est rattaché au laboratoire Triangle UMR 5206 et à l’école doctorale 483 Sciences Sociales. Après un Master recherche d’histoire contemporaine et un Master professionnel d’urbanisme et d’aménagement urbain, il prépare un doctorat sous la direction du Professeur Paul Boino. Son sujet porte sur la prise en compte des injonctions environnementales dans les communes périurbaines, depuis les années 1960 et dans le cadre d’une comparaison entre plusieurs métropoles françaises, comme Lyon et Marseille. Dans cette optique, un intérêt particulier sera donné aux différentes régulations, politiques, sociales, réglementaires, qui gouvernent l’action publique locale devant les problèmes environnementaux que sont l’assainissement et la gestion des déchets.
  • Elise Roullaud est doctorante en science politique à l’Université Lumière Lyon 2 et ATER à l’IEP de Lyon. Elle est rattachée au laboratoire Triangle UMR 5206 et à l’école doctorale 483. Elle prépare un doctorat depuis octobre 2006 sous la co-direction de Jean-Louis Marie et de Jean-Luc Mayaud. Son sujet de thèse porte sur la contestation de la Politique agricole commune par la Confédération paysanne et la Coordinación de las organizaciones de agricultores y ganaderos entre 1991 et 2008. Ce sujet amène à questionner les représentations de la profession agricole portées par ces deux syndicats.
  • Romain Vila est doctorant en science politique à l’Université Lumière Lyon 2. Il est rattaché au laboratoire Triangle UMR 5206 et à l’Ecole doctorale 483. Il prépare une thèse sous la co-direction de Nathalie Dompnier et Sophie Béroud. Croisant sociologie du syndicalisme de salariés (CGT, CFDT, FO, FEN, FSU...) et analyses du syndicalisme étudiant (les UNEF, MARC, MAS, PSA, Cé...), cette thèse s’intéresse aux (non-)contacts, relations d’interdépendances et autres réseaux d’influence multipolaires entre ces différentes organisations sur la période contemporaine (Mai-juin 68 à nos jours).