/ Séminaire Onomastique politique (archives 2008-2012)

Denis Barbet : "Grenelle"

3 octobre 2008, de 16h à 18h, en salle du Conseil de l’Institut d’études politiques, 14 avenue Berthelot, Lyon

img




Intervenant : Denis Barbet

Sujet : "Grenelle"

Résumé de la communication :
Le nom Grenelle est envisagé ici selon trois perspectives intimement liées : historique, politique et linguistique.
C’est d’abord son histoire qui est retracée : depuis la « conférence » réunissant du 25 au 27 mai 1968, rue de Grenelle, au ministère du Travail, les représentants des syndicats, du patronat et du gouvernement, jusqu’à l’année 2008, une dizaine de négociations dénommées « Grenelle » ont été initiées, avec plus ou moins de succès, et plus de 150 demandes d’organisation de « Grenelle » ont été proposées par toutes sortes de locuteurs, représentants de groupes d’intérêts, syndicalistes et politiques notamment.
Ce sont ensuite les enjeux politiques et institutionnels des principales expériences qui sont visés. Particulièrement, l’opération du Grenelle de l’environnement, lancée par Nicolas Sarkozy en 2007, s’inscrit dans une conjoncture de compétition électorale et de début de mandat présidentiel ; elle apparaît comme une coproduction de l’Etat et de ce qu’il est convenu d’appeler « la société civile » (certaines ONG environnementales) et s’apparente à une « demande de l’offre ». En termes de politique publique, le processusest associé par les participants à un « nouveau mode de gouvernance », à une forme de « démocratie participative » qui tend à transformer le système des relations sociales.
La dimension lexicale enfin est privilégiée : l’antonomase praxonymique que constitue l’expression un ou le Grenelle est étudiée sur une longue période (quarante années pour le quotidien Le Monde). Plusieurs indices morphologiques et syntaxiques montrent que cette figure a beaucoup progressé, singulièrement au cours des deux dernières années, sur la voie de la lexicalisation, bien qu’elle soit encore éloignée du figement. L’analyse des énoncés des acteurs, des journalistes et d’internautes « ordinaires » fournit des indications sur la sédimentation sémantique du mot et les conditions de son usage.

Mots clés :
Antonomase, Grenelle, lexicalisation, négociation, onomastique politique

/ Séminaire Onomastique politique (archives 2008-2012)

UMR
2005 - 2019 Triangle - UMR 5206
| Crédits et Mentions légales | RSS 2.0 [Valid RSS]