/ Colloques - journées d’étude

Colloque « Philosophies des numériques, des techniques et des sciences »

30 août : 10h15 - 31 août : 18h00, à l’ENSSIB, Lyon (amphithéâtre)

Présentation

Nous sommes tous témoins des avancées de la philosophie des sciences et de l’épistémologie depuis la référence qu’est Bachelard. Nos raisonnements sont aussi affinés depuis les dialogues que la philosophie a su engager avec les Science and Technology Studies et la sociologie de l’acteur-réseau (ANT). Ce qui nous aide à mieux comprendre le contemporain, à l’heure où de vastes systèmes techniques et d’aussi vastes organisations industrielles ou scientifiques interfèrent avec nos quotidiens, nos représentations et nos pratiques.

Dans le même « temps », et à l’exception d’une philosophie au plus près de la science contemporaine, et donc réservée à quelques cercles qui ne peuvent communiquer les uns avec les autres, nous pouvons avoir l’impression que la philosophie des sciences et l’épistémologie oublient l’histoire, au sens où elles se renouvellent en critiquant leurs testateurs sans préciser les différentes conditions historiques dans lesquels les premiers et les héritiers s’exprimaient : du temps de Bachelard, il y avait bien moins de chercheurs qu’aujourd’hui et ni le Cern ni la Nasa n’existaient.

Il s’ensuit une faiblesse de la critique adressée aux anciennes théories, puisque les nouvelles ne précisent pas que leur pertinence est liée au contemporain ; et si les théories récentes valent dans quelques situations (industries : pharmacie, nucléaire, etc.), elles sont moins opérantes en d’autres, présentes ou passées. Par exemple, ni le réseau ni la controverse n’expliquent la découverte par Galois de sa théorie des équations.

Par ailleurs, cette volonté d’améliorer de façon ahistorique les acquis du passé n’aide pas toujours à répondre aux questions du présent : la philosophie du numérique reste balbutiante, et ce numérique n’a pour unique effet que de donner une nouvelle légitimité à la philosophie des techniques (ce dont nous pouvons nous réjouir). Les liens entre épistémologie et philosophie politique restent ténus.

Le projet de ce colloque est de contribuer à une philosophie des sciences et des techniques qui tienne compte de sa propre histoire (et aussi des critiques adressées à la philosophie, supposée enfermée dans sa propre histoire), de renouer avec une épistémologie elle-aussi historicisée (qu’avons-nous vraiment compris de Turing à l’heure de l’IA qui nous promet un calculable total ?), d’oser juxtaposer singularités et normes scientifiques produites par les institutions (Grigori Perelman vs le mode 2 de la science) et enfin de prendre au sérieux les enjeux épistémologiques et politiques liés à la science contemporaine et au numérique.

Dans cette perspective, l’actualité ne sera pas oubliée : une table ronde sera consacrée à la Covid-19.

Ces journées réuniront donc philosophes, épistémologues et experts scientifiques qui se penchent sur leurs propres pratiques et environnements.

Parmi les références intellectuelles (en excluant les vivants), nous pourrions citer Bachelard, Canguilhem, Dewey, Châtelet, Dagognet, Goody, Granger, Hottois, Simondon et Turing.

Programme

Lundi 30 août

  • 10h15. Éric Guichard, Enssib, Triangle, IXXI. Écritures du monde et constructivisme.
  • 11h00. Pierre Caye, Cnrs. Qu’est-ce qu’un paradigme technologique global ? De l’architecture au numérique.
  • 12h00. Claude Imbert, Professeur émérite à l’Ens-Ulm. Eléments pour une généalogie humaniste de l’information. Points d’histoire et points d’actualité.
  • 13h-14h15. Panier repas pour les intervenants, repas dit libre pour les autres.
  • 14h15. Jean Lassègue, Crns-Ehess. Espace, normativité, droit.
  • 15h15. Tyler Reigeluth, Université Catholique de Lille, laboratoire ETHICS. D’une algorithmique à l’autre : histoires et normativités de l’apprentissage machine.
  • 16h15- 16h30. Pause
  • 16h30. Alexandre Moatti. Retour d’expérience sur vingt années de diffusion numérique des connaissances.
  • 17h30. Patrick Flandrin, Cnrs, Ens de Lyon et Académie des sciences. Autour de la science ouverte.
  • 18h30. Débat complémentaire.

Mardi 31 août

  • 10h. Isabelle Lefort. Retour sur une expérience en mode 2. Quid des sciences sociales ?
  • 11h. Table ronde Covid-19 : regards philosophiques et interdisdisciplinaires. Avec Patrice Abry (Cnrs et EnsL), Julie Henry (Ens de Lyon et Triangle), Pierre Caye, Claude Imbert.
  • 13h-14h30. Panier repas pour les intervenants, repas dit libre pour les autres.
  • 14h30. Jean Dhombres, Cnrs et Ehess. Réflexions bachelardiennes sur la notion de fonction dans les sciences mathématiques.
  • 15h30. Table ronde Temporalités des sciences et de leurs épistémologies. Avec tous les intervenants qui le désirent (et la salle).

Informations pratiques

>> S’inscrire
Un pass sanitaire ou équivalent sera demandé aux intervenants et participants.

Jauge maximale de la salle : 60 personnes.

Comité d’organisation

Partenaires

Colloque majoritairement financé par l’IXXI, avec le soutien du Conseil scientifique de l’Enssib et du laboratoire Triangle.

/ Colloques - journées d’étude