image du logo

Magnon-Pujo, Cyril

Maître de conférences en science politique à l’Université Lumière Lyon-2

Pôle(s) : Action Publique

Domaines de recherche

  • Sociologie politique de l’international et études critiques de la sécurité
  • Sociologie de l’action publique et « gouvernance globale »
  • Sociologie des organisations internationales et de l’Etat

Mes recherches portent sur l’organisation sociale de la violence et sur les modalités contemporaines de gouvernement sur la scène internationale. A partir d’un terrain d’enquête sur les compagnies de sécurité privée actives à l’échelle internationale, je m’intéresse au phénomène de privatisation de la sécurité, et à la construction sociale des normes. Les rapports entre acteurs privés et publics, entre logiques politiques et économiques, entre échelons national et international, sont ainsi au cœur de mes recherches. Cela me conduit à réévaluer la configuration des espaces politiques (nationaux et transnationaux) et l’élaboration des politiques publiques, notamment règlementaires, et à m’intéresser à la sociologie contemporaine de l’Etat, en récusant l’idée de sa « disparition » au profit de celle de sa « respécification ».

  • Projet en cours : « Gouverner la violence ? Dynamiques normatives autour de la violence contemporaine » [2018-2019] - Projet IMPULSION - IdexLyon
    Ce projet de recherche porte sur les mécanismes de construction de normes, développées à l’échelle internationale de manière publique et/ou privée, autour des pratiques violentes et de l’usage de la force. Que les normes encadrant les pratiques liées à l’exercice de la violence tendent à être produites dans le cadre onusien ou via des processus ad hoc, leur étude gagnerait en effet à se concentrer sur les rapports de force et contraintes présidant à leur production, lorsque justement l’Etat est directement « en jeu ».
    Plus d’informations
  • Sociologie politique de l’international et études critiques de la sécurité : privatisation de la sécurité, légitimation de la violence, compagnies de sécurité privée
    Cet axe de mes recherches m’amène à travailler directement sur le mercenariat et le développement récent des compagnies de sécurité privée, dans le cadre d’une réflexion plus large sur l’évolution de la conflictualité. A distance d’une réflexion en termes de « stratégie », mon intérêt se porte toutefois sur les mécanismes déployés pour contrer la stigmatisation de cette activité professionnelle, et sur les pratiques de représentation et de régulation mises en œuvre afin de faire exister les « compagnies de sécurité privée », de construire une identité nouvelle, et de se distancier de la violence. Cela me conduit à reconsidérer ce qu’il est convenu d’appeler la « gouvernance de la sécurité » - du fait de la place désormais occupée par cet acteur-, au profit de la notion « d’assemblage global » et de l’idée d’interpénétration croissante des logiques économiques et politiques.
  • Sociologie de l’action publique et « gouvernance globale » : transnationalisation, construction des normes, sociologie de l’expertise et du droit
    Cet axe de mes recherches porte sur la notion de normes en relations internationales, à partir d’une relecture de leur processus de construction. Adoptant une démarche sociologique et considérant les déterminants sociaux à l’action régulatrice, je m’attache ici à prendre toute la mesure des dynamiques concurrentielles qui président à leur développement et qui concourent à l’intervention d’acteurs privés et publics dans la construction des normes. Dans ce cadre, j’analyse les rapports et les mécanismes de domination conduisant à l’émergence de normes, de règles, et d’une « élite » transnationale et multipositionnée qui les porte.
  • Sociologie des organisations internationales et de l’État
    Cette partie de mes travaux porte, à partir des terrains précédents, sur la place de l’Etat et des organisations internationales dans la mise en œuvre de la contrainte physique légitime et dans la définition de politiques publiques, nationales, européennes et internationales. J’y interroge les équilibres nouvellement définis et la redéfinition du périmètre des différents agents du fait des interactions prolongées entre acteurs privés et publics. Si les dichotomies classiques telle celle de public/privé, d’économique/politique ou de national/international sont, en pratique, mises à mal par l’enchevêtrement croissant des acteurs, j’analyse leurs effets structurants et leur renforcement mutuel et paradoxal du fait des pratiques observées.

Parcours

Publications récentes

2021

2020

2016

2015

2013

2011

Communications (sélection)

Enseignements


Interventions dans les médias