/ Post-doctorant.e.s

Brives, Charlotte

 Post-doctorante - Contrat de recherche Association SIDACTION (CNRS)

Formation

  • 2005-2010 : Thèse de doctorat, mention ethnologie, option anthropologie sociale et culturelle. « Des levures et des hommes, anthropologie des relations entre humains et non humains au sein d’un laboratoire de biologie », Université Victor Segalen Bordeaux II, soutenue le 5 mai 2010, obtenue avec la mention très honorable et les félicitations du jury.
  • 1999-2002 : Licence de Biologie Cellulaire et Physiologie, Université Victor Segalen Bordeaux II, mention Bien.

Expérience professionnelle

  • Février 2014 – Juin 2014 : Vacations ENS-LYON (17h/mois). Coordination de l’activité de publication suite au colloque ‘Produire du Savoir, Gouverner des populations’ (Reader et numéro de revue), valorisation du projet TEMPRANO (ANRS 12242).
  • 2012-2014 : Contrat chercheur CNRS effectué au LAM-UMR5115 dans le cadre du programme de recherche ANRS12242. Sujet de recherche : « Objectiver des patients dans le cadre d’un essai thérapeutique mené sur des personnes infectées par le VIH à Abidjan, la co-construction des catégories et des identités ».
  • 2010-2012 : post-doctorat CNRS effectué au LAM-UMR5115 dans le cadre du programme de recherche ANRS12242. Sujet de recherche : « Objectiver des patients dans le cadre d’un essai thérapeutique mené sur des personnes infectées par le VIH à Abidjan, la co-construction des catégories et des identités ».
  • 2009-2010 : Enseignement de trente heures dans le cadre du cours Humanités Scientifiques du Professeur Bruno Latour à Sciences Po. Paris.
  • 2008 (Juin-Août) : Bourse de trois mois pour recherches bibliographiques, Max Planck Institute for the History of Science, Berlin.
  • 2007-2008 : Chargée de cours d’initiation à l’anthropologie à l’OAREIL (Office Aquitain de Recherche et d’Etude, d’Information et de Liaison).

Organisation de colloques et ateliers thématiques

  • 2013, co-organisation du Colloque « Produire du savoir, Gouverner des populations. Anthropologie, Science Studies et Politiques de santé », Lyon, ENS, 10-13 septembre 2013. Membre du comité scientifique.
  • 2012, co-organisation du panel « Matters of concern : negotiating un/certainties in health-related sciences, policies and expériences », colloque « Uncertainty and disquiet » organisé par l’EASA, 10-13 Juillet 2012, Nanterre.
  • 2011, co-organisation du panel « Ontologies et politiques du corps dans les essais », colloque « Connaissances, no(s) limit(es) » organisé par l’AFEA, 21-24 septembre 2011, Paris.
  • 2011, co-organisation du panel « Politics and ontologies in clinical trials », Colloque « Medical Pluralism : techniques, politics, institutions » organisé par le réseau d’anthropologie médicale de l’EASA, 7-10 septembre 2011, Rome, Italie.

Publications et Conférences

Articles publiés dans des revues à comité de lecture

  • 2013, « Identifying ontologies in a clinical trial », Social Studies of Science, special issue : « A turn to ontology on STS ? », 43 (3) : 397-416.
  • 2012, « L’individu dans un essai thérapeutique, sur quelques aspects du devenir objet dans les expérimentations scientifiques », Revue d’Anthropologie des Connaissances, 6-3 : 185-207.
  • 2009, « le rôle des écrits éphémères dans la production des faits scientifiques, la domestication de la levure sauvage », Langage et Société (27) : 71-81

Chapitres d’ouvrages

  • 2014 (à paraître), « Repenser l’objectivité scientifique, des relations entre humains et non humains au sein d’un laboratoire de biologie », in Matthieu Quidu et Brice Favier-Ambrosini, Le corps du savant dans la recherche scientifique, approches épistémologiques, Éditions de l’ENS.
  • 2014 (à paraître), « Réflexivité partagée, jeux de miroir autour d’un laboratoire de biologie », in DOQUET Anne, OBALDIA Lionel (Dirs.), Responsabilités d’ethnologues ?, Paris, Editions des archives contemporaines.
  • 2011a, « La levure amie des hommes, les organismes expérimentaux dans la production du savoir scientifique », in THIERY Olivier et HOUDART Sophie (Dirs.), 2011, Humains, non humains. Repeupler les sciences sociales, Paris, La Découverte.
  • 2011b, « Le microscope comme producteur de nouveaux existants », in JACOB Christian (Dir.), 2011, Les lieux de savoir, Vol. II : Les gestes du travail savant, Paris, Albin Michel.
  • 2007, avec Bruno Latour « Wissenschaft durch den gefrierschrank betrachtet, in TE HESSEN Anke, 2007, AUF:ZU, Der schrank in den wissenschaften, Berlin, Akademie verlag, pp. 74-80.

Notes de lecture

  • 2011, Note de lecture sur S. Epstein, Inclusion : the politics of difference in medical research. Chicago. The University of Chicago Press. 2007. 413 p., Sciences Sociales et Santé (3), 133-136.
  • 2008, « L’ethnologue et la mouche drosophile », Note de lecture sur S. Houdart, La cour des miracles, ethnologie d’un laboratoire japonais. Paris. Editions du CNRS. 2007. 346 p., Revue Internationale des Livres et des Idées, 5 : 51-53.

Conférences

  • 2012, « Éligibilité et inclusion : les essais thérapeutiques comme producteurs de nouvelles ontologies », colloque « Sélection, tri et triage en médecine. Logiques, pratiques et valeurs », organisé par Céline Lefève et Guillaume Lachenal, 19-21 novembre 2012, Paris.
  • 2012, « Doing science in a period of crisis, The case of a clinical trial conducted in Abidjan, Ivory Coast », colloque « Uncertainty and disquiet » organisé par l’EASA, 10-13 Juillet 2012, Nanterre.
  • 2012, « Des essais cliniques aux politiques de santé publique, enjeux et écueils d’une innovation thérapeutique dans le domaine du VIH/sida », colloque « Anthropologie, innovations techniques et dynamiques sociales dans le domaine de la santé », organisé par l’association AMADES, 9-12 mai 2012, Brest.
  • 2012, « Corps contenant, corps contenu, ethnographie d’un essai thérapeutique à Abidjan, Côte d’Ivoire », journée d’étude « Du local au global : acteurs, (en)jeux, politiques publiques de santé aux Suds », organisé par Vincent Bonnecase et Chrystelle Grenier-Torres, LAM, 22 mars 2012, Bordeaux.
  • 2011, « How to become a good scientific object ? Bodies in a sub-saharan clinical trial », colloque « Making (in)approriate bodies – Between Medical Models of Health, Moral Economies and Everyday Practices » organisé par le département of Social Studies of Science, University of Vienna, 1-2 décembre 2011, Vienne, Autriche.
  • 2011, « L’objectivation des corps dans un essai thérapeutique, ou comment concevoir l’individu au sein d’une expérimentation scientifique », colloque « Connaissances, no(s) lmimit(es) » organisé par l’AFEA, 21-24 septembre 2011, Paris.
  • 2011, « To be an object or to be a subject : Medical pluralism in a clinical trial”, Colloque “Medical Pluralism : techniques, politics, institutions » organisé par le réseau d’anthropologie médicale de l’EASA, 7-10 septembre 2011, Rome, Italie.
  • 2009, « La fragile existence des objets du savoir, travailler avec des levures dans un laboratoire de biologie », présentation effectuée à Sciences Po. Paris dans le cadre des enseignements « Humanités scientifiques ».
  • 2008, « Réflexivité partagée, jeux de miroir autour d’un laboratoire de biologie », colloque « Lieux et sociétés ethnologisées », organisé par Anne Doquet (IRD), Bordeaux.

Activités autres

  • 2013, Évaluatrice pour la revue Social Studies of Science.
  • 2012, Évaluatrice pour la revue Autrepart.
  • 2012, Évaluatrice pour la revue Tsantsa.

Exposé des recherches antérieures

  • 2005-2010 : Thèse de doctorat, mention ethnologie, option anthropologie sociale et culturelle. « Des levures et des hommes, anthropologie des relations entre humains et non humains au sein d’un laboratoire de biologie ».

    Résumé : Cette investigation anthropologique touche aux types de relations qu’entretiennent les scientifiques, et plus particulièrement les biologistes, avec ceux que l’on a coutume de nommer leurs « objets de recherche ». Partant du constat que l’usage de catégories comme la rationalité ou l’objectivité, ou encore les dichotomies sujet/objet et nature/culture ne peuvent que nuire à un rendu de l’expérience scientifique qui tienne compte de ce qui importe réellement aux chercheurs, cette thèse se déploie autour d’un laboratoire et de l’observation minutieuse des interactions entre les deux espèces dominantes qui le définissent : l’Homme et la levure Saccharomyces cerevisiae, et interroge ainsi sous un autre angle des notions comme le réductionnisme, l’objectivité ou encore l’universalité des connaissances produites par les sciences occidentales.

  • 2010-2014 : post-doctorat CNRS effectué au LAM-UMR5115 dans le cadre du programme de recherche ANRS12242. Sujet de recherche : « Objectiver des patients dans le cadre d’un essai thérapeutique mené sur des personnes infectées par le VIH à Abidjan, la co-construction des catégories et des identités ».

    Résumé : Le but de ce projet était d’étudier les relations entre malades et personnels soignants (médecins et infirmiers) dans le cadre d’un essai thérapeutique sur la mise sous traitement précoce de patients infectés par le VIH à Abidjan. Plus concrètement, le savoir médical occidental nécessite l’objectivation du corps du malade, ainsi que la standardisation d’un certain nombre de spécificités concernant tant sa physiologie que son vécu en tant que sujet pensant et agissant. Dans un contexte occidental, cette articulation est déjà emprunte de difficultés liées à l’appréhension même de catégories comme le corps ou la maladie. La maladie du malade (qui affecte sa vie quotidienne, qui influe sur ses émotions, sur ses capacités, sur sa vie sociale) a un statut ontologique clairement différent de celui de la maladie du médecin (conçue en général comme une liste de symptômes cliniques et pourvue de caractéristiques biologiques). Dans le cadre d’un essai mené dans un pays du Sud, ces difficultés sont redoublées par l’appartenance de chacun à des traditions de pensée et de savoir distinctes. Comprendre, par une enquête ethnographique, comment se déroule ce processus d’objectivation a permis de produire un savoir utile dans le cadre de la lutte contre le SIDA. En effet, de nombreuses disparités dans l’adhérence au traitement ont pu par exemple être constatées par les médecins, sans pour autant qu’ils possèdent de clé permettant de comprendre cet état de fait. L’hypothèse faite dans ce projet était que le travail d’objectivation effectué par les médecins est en fait un travail qui va au-delà de la simple transformation du vécu du patient en données utilisables scientifiquement. Dans la rencontre entre malades et personnels soignants, ce sont des identités et des représentations, de soi, de son corps, de l’Autre, mais aussi des statuts sociaux et culturels distincts qui sont confrontés, articulés, et négociés. En focalisant l’enquête sur cette rencontre, sur cet aspect particulier de l’essai thérapeutique, il a ainsi été possible de produire des données en collaboration avec les médecins, et de comprendre à la fois comment un savoir à volonté universaliste est produit et certaines des raisons pour lesquelles les patients adhèrent, ou n’adhèrent pas, au traitement proposé.
    Ce travail a conduit à la production de différents articles, dont certains sont en cours de rédaction, y compris des articles écrits en collaboration avec l’investigateur principal de l’essai.
    Une journée d’études est en cours d’organisation qui regroupera des experts de différents champs disciplinaires (santé publique, épidémiologie, clinique, sciences politiques, sociologie, histoire et anthropologie) autour de la question de la mise en place et de l’application des recommandations de santé produites par les organisations internationales au niveau national. Cette journée d’étude sera co-organisée par l’ISPED (Pr. Xavier Anglaret) et le Laboratoire les Afriques dans le Monde – LAM (UMR5115).

Pôle(s)

Membre du/des pôle(s) : Action Publique